UN AIR DE DANSE #1 - CAP AU SUD

Le Ballet Preljocaj imagine un temps fort danse à Aix-en-Provence du 12 juillet au 8 août. 

C’est seulement en quelques jours que Nicole Said (directrice du Ballet Preljocaj) a réussi l’exploit d’élaborer un projet riche en événements.

« Après avoir été tous muselés depuis plus d’un an, j’ai éprouvé le désir d’un festival fraternel pour que les gens puissent sortir et voir de la danse. Il était évident que nous ne pouvions pas faire voyager des compagnies étrangères, c’est ainsi que j’ai pensé créer « Un air de danse » avec les artistes de la région dont le talent est indéniable ». 

Entre performances gratuites et spectacles, cette programmation en plein air (Parc Jourdan, Théâtre de l’Archevêché, Cité Beisson) et au Pavillon Noir, propose dix-sept représentations dont les formes s’annoncent très différentes. 

Des créations : Deleuze/Hendrix d’Angelin Preljocaj. Une conversation imaginaire entre Deleuze, Spinoza et Hendrix pour une immersion dans les années Woodstock où le corps, universel et familier de tous, ouvre une porte sur les questionnements de notre monde.

Légende de Michel Kelemenis. Sur le thème de la dégradation environnementale, le chorégraphe imagine une fiction autour de l’héritage laissé aux jeunes générations. Un quatuor d’artistes doux et rêveurs.

Dans le cadre des Affluents, deux soirées sont dédiées aux danseurs du Ballet Preljocaj qui ont carte blanche pour créer des pièces courtes et ainsi laisser libre cours à leurs imaginations débordantes. 

Sont aussi invités : Georges Appaix (XYZ ou comment parvenir à ses fins) (lire notre critique). Pour son ultime spectacle, il réunit ses fidèles compagnons de route dans un continuum chorégraphique où le passé et le présent se rencontrent, où les lettres et les mots jonglent dans un flux énergique de corps, de sons, de voix, de musiques.

Josette Baiz (Inventaire). Une performance physique et technique au service d’une danse impétueuse, moderne et ultra-vivante sans cesse vivifiée par l’énergie des jeunes interprètes de la compagnie Grenade.

Le Ballet National de Marseille conçoit un programme comme une histoire de la danse à travers quatre figures internationales (Lucinda Childs, Tânia Carvalho, Lasseindra Ninja, Oona Doherty) Quatre univers en dialogue dans des créations composées comme un face-à-face entre deux conceptions rassemblées par la singularité de chacune.

Christian Ubl/Kurt Demey (Garden of chance). Un merveilleux terrain de jeu, pimenté, délirant et insolite avec ce duo improbable entre le magicien illusionniste Kurt Demey et le chorégraphe joyeusement inclassable.

Entrée libre pour les quatre performances présentées avant les spectacles dont celle d’Émilie Lalande (artiste associée au Ballet) avec Impromptu n°3.  Avec ses danseurs, elle se tourne vers tous les publics en leur donnant le rôle de « spect-acteurs ». Des moments ludiques, créatifs et participatifs pour petits et grands. 

Au théâtre de l’Archevêché, deux représentations du magnifique Lac des Cygnes d’Angelin Preljocaj (lire notre critique) et une soirée avec Lovetrain2020 d’Emmanuel Gat (lire notre critique). Une « comédie musicale » contemporaine pour quatorze danseurs dans l’atmosphère des années 80.

Avec cette affiche éclectique et si foisonnante, Nicole Saïd avoue adresser un clin d’œil à Ginette Escoffier qui nous a tant fait rêver avec son Danse à Aix

« Un événement placé sous le signe de la fraternité. Pour se revoir… enfin ! » conclut-elle.

Sophie Lesort

UN AIR DE DANSE #1 - CAP AU SUD du 12 juillet au 8 août

Réservation au 04 42 93 48 14 

Catégories: 

Add new comment