June Events : « This duet that… » de Frédérick Gravel

Aucune lassitude, au contraire ! Même s’ils annoncent, dans le titre, avoir déjà fait ce duo tant et tant de fois, ce qui peut suggérer un trop-plein. En vérité on voit tout de suite que ce couple-là a encore tout son appétit. Frédérick Gravel nous présente la relation de couple comme un espace de liberté et d’épanouissement, où on n’a pas peur du regard de l’autre, où le ridicule n’existe pas.

Gravel et sa partenaire Ellen Furey amènent la danse vers une sensibilité devenue rare dans nos paysages chorégraphiques. This duet that we’ve already done (so many times) est une pièce optimiste, détendue, libre. On offre son corps au soleil (imaginaire) et à l’autre, dans une insouciance facétieuse, aux antipodes de cette majorité de pièces évoquant des horizons restreints et obscurcis.

Loin de toute oisiveté, et tout aussi loin d’abandonner le contrôle, Gravel et Furey font régner une savante détente. Leur petite dispute, où ils prennent visiblement du plaisir à se crêper le chignon est vite réglée et suivie d’un clair de lune en toute tendresse, mais aussi de petites déconnades complices. Les gens heureux n’ont pas d’histoire, mais la danse a l’avantage de ne pas être obligée d’en narrer.

Par contre, chaque geste a ici son histoire, le travail chorégraphique mettant en valeur tous les états sensoriels et émotionnels qui amènent une action chorégraphique à venir. La richesse, le suspense et la forte empathie sont le résultat cette simplicité paradoxale. Et Gravel peut alors, au passage, lancer des clins d’œil burlesques à Israel Galvan et autres références contemporaines sans sortir du cadre.

This duet… apparaît telle une essence des grands succès de Dave Saint-Pierre comme une extrapolation qui se concentre sur l’essentiel, en toute légèreté. Les choix musicaux, riches en guitares électriques et ambiances 1970, doux ou conquérants, sont porteuses d’ouverture et d’espérance. Seul le Love will tear us apart des Joy Division met un bémol, en clôture et en guise d’avertissement.

Thomas Hahn
Vu au Théâtre de l’Aquarium, au festival June Events, le 16 juin 2016

Lire notre article sur la création à Montréal :  
http://dansercanalhistorique.fr/?q=content/frederick-gravel-duet-we-ve-already-done-so-many-times

http://www.atelierdeparis.org/fr/frederick-gravel/duet-we-ve-already-done-so-many-times
 

 

Catégories: 

Add new comment