Hugo Marchand : Impressions du « Rouge et le Noir »

Danseur solaire et rayonnant, l’étoile Hugo Marchand a illuminé de sa présence la série des représentations du ballet de Pierre Lacotte. Interrogé avant la première du spectacle sur son interprétation de Julien Sorel, il commentait ainsi les défis de son rôle : 

« Dans Le Rouge et le Noir, la principale difficulté est de transmettre les mœurs du 19siècle et de faire comprendre au public les comportements des personnages. L’action se déroule au début du 19 siècle, en pleine période romantique, et les comportements humains tout comme les interactions entre les hommes et les femmes sont très différents de ce qu’ils sont aujourd’hui. De surcroît, même pour leur époque, Julien et Mathilde ont chacun un tempérament psychologique très particulier, compliqué, ce qui fait d’ailleurs toute la puissance et l’originalité du roman. L’arrière-plan politique et social du récit, cette France où règnent le catholicisme, l’aristocratie et le sens moral dicté par l’Eglise, ajoute encore au décalage. En dansant et en voyant ce ballet, on a vraiment l’impression de redécouvrir une période de l’Histoire. 

Galerie photo © Svetlana Loboff

« Au plan de la danse, au-delà de la technique très élaborée propre à l’écriture chorégraphique de Pierre Lacotte, il faut avoir un jeu suffisamment abouti pour que le public jeune et adulte (les seniors seront sans doute moins décalés) puisse comprendre les enjeux du drame et les réactions des héros. Comme c’est un ballet très riche, avec pas moins de soixante personnages, chacun j’espère pourra s’y reconnaître. Concernant Julien Sorel, son côté opportuniste et son fort désir d’ascension sociale, quitte à manipuler les sentiments d’autrui, ne sont pas simples à interpréter. Mais c’est passionnant d’avoir ainsi à créer un rôle que l’on enrichit avec sa propre personnalité, et qui va durer longtemps… ».

* En alternance avec Florent Magnenet et Germain Louvet.

Propos recueillis par Isabelle Calabre. 

 

Catégories: 

Add new comment