Pavillon Noir : Émilie Lalande crée « Quatuor à Corps pour Mozart »

Au Pavillon Noir du CCN d’Aix-en-Provence, Émilie Lalande crée sa nouvelle pièce, Quatuor à Corps pour Mozart. La grande interprète de nombreuses œuvres d’Angelin Preljocaj y donne à un jeune public un rôle actif dans le déroulement des représentations. Un vrai défi pédagogique et chorégraphique. Entretien. 

Danser Canal Historique : Après votre première pièce, Pierre et le Loup, vous vous adressez de nouveau à un public jeune, alors que beaucoup de vos confrères affrontent ce défi seulement après une longue carrière. Vous êtes pourtant encore au début de votre parcours de chorégraphe. S’agit-il d’un choix délibéré de votre part ou d’un concours de circonstances?

Émilie Lalande : Au départ, c’était un concours de circonstances. Mon premier spectacle est né dans le cadre d’une carte blanche au Ballet Preljocaj, où j’ai été appelée pour faire une création en direction du jeune public en remplacement d’un chorégraphe qui s’était désisté. Je m’étais dit que pour une première création c’était vraiment périlleux, puisque les enfants font tout de suite savoir si une proposition leur plaît ou pas.  
 

DCH : Après Pierre et le Loup, vous mettez une nouvelle fois la musique au centre.  

Émilie Lalande : Dans Pierre et le Loup,chaque interprète représente l’un des instruments. Comme ce travail a été bien reçu, j’ai décidé d’approfondir ma démarche. Dans Quatuor à Corps pour Mozart, chaque danseur est associé en même temps à un instrument de musique et à une couleur. Par exemple, avec un danseur « rouge » qui correspond au piano et un danseur « bleu » qui représente les cordes frottés, on obtient un duo musical entre ces deux instruments et un duo chorégraphique « violet ». 

DCH : Vous vous adressez à des enfants à partir de six ans. Quelles sont vos intentions par rapport à leur initiation aux différents univers artistiques?

Émilie Lalande :. Les enfants peuvent ici se familiariser à la fois avec les instruments de musique, avec les couleurs et avec les sensations engendrées par les gestes musicaux en direction du corps. Il y a les cordes frappées et les cordes frottées, par exemple dans un duo où nous travaillons sur les bruits du frottement. La danse crée le lien avec le vocabulaire des musiciens. Dans le riche répertoire de Mozart, j’ai trouvé facilement des associations comme violon-piano ou voix-violon qui donnent en même temps des mélanges de couleurs et donc les couleurs secondaires. 

DCH : Nous ne sommes donc pas face à une œuvre narrative qui impose la structure du spectacle. Comment le construisez-vous?  

Émilie Lalande : Les enfants nous disent quelles couleurs ils veulent voir. Cela crée des duos, mais nous n’en connaissons jamais l’ordre à l’avance. Tout est donc un peu aléatoire pour nous. Mais à la fin, nous terminons sur un quatuor dansé sur un quatuor à cordes et à corps. On construit et on déconstruit pour aboutir à un résultat très harmonieux entre la danse et la musique. C’est tout un processus pour donner à voir le travail du musicien par le corps. En interagissant avec les enfants, nous voulons montrer qu’on peut créer un spectacle ensemble. Nous montrons en quelque sorte les coulisses de la création, où un chef d’orchestre devient presque un chorégraphe et inversement. 

DCH : Quelles sont les musiques de Mozart que vous avez choisies pour la pièce?

Émilie Lalande :J’ai trouvé dans le répertoire de Mozart toutes les combinaisons d’instruments correspondant à nos mélanges de couleurs. La pièce est basée sur des extraits de différentes œuvres comme La Petite Musique de NuitLa Tartine de Beurre, la sonate n° 25, le quatuor n° 1 pour violon et flûte et autres. Les séquences sont brèves, pour tenir compte du fait que l’attention de l’enfant est courte. Le lien entre les danseurs et les enfants est assuré par ma sœur qui est comédienne. C’est ma première création interactive et je suis curieuse de voir comment les enfants vont réagir et s’impliquer. 

Propos recueillis par Thomas Hahn

A voir : Le vendredi 20 décembre à 10h et 14h30
Le samedi 21 décembre à 14h30 et 17h
Pavillon Noir d'Aix-en-Provence

Tournées

26 Janvier 2020 Fontainebleau, L’Ane Vert Théâtre
24 et 25 Février 2020 : Herblay, Théâtre Roger Barat 

Quatuor à Corps pour Mozart - Pièce pour 4 danseurs et 1 comédienne/chanteuse Chorégraphie et mise en scène, décors, costumes  Emilie Lalande
Interprètes Marius Delcourt, Jean-Charles Jousni, Anaïs Pensé, Emilie Lalande
Musique   W. A. Mozart    
Conception lumières   Jean-Bas Nehr 

Catégories: 

Add new comment