La marionnettiste dansante met son corps en jeu, avec plus de finesse que jamais. Contes et fables n’ont qu’à bien se tenir...

L’Enfer c’est les autres, disait Jean-Paul Sartre dans Huis Clos. Pour Aurélien Richard, c’est d’abord et surtout le corps de l’autre.

L’inénarrable Pasionaria du flamenco invite sa mère dans un spectacle qui crie le regard de la femme sur le monde.

Jean-Christophe Boclé fait de la danse jazz. De la vraie danse contemporaine et du vrai jazz… Brillant !

Dans la nouvelle création de la compagnie Le Guetteur, danseurs et circassiens croisent un loup, un vautour et des chouettes...

Le Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines a brillamment inauguré sa saison de danse avec TO DA BONE, qui fut créé l’an dernier à Montréal.

L’humour en fil conducteur d’une performance désopilante.

L’exil, l’enfance, le déracinement sont au cœur de la nouvelle création de Rachid Ouramdane.

Pages

La marionnettiste dansante met son corps en jeu, avec plus de finesse que jamais. Contes et fables n’ont qu’à bien se tenir...

L’Enfer c’est les autres, disait Jean-Paul Sartre dans Huis Clos. Pour Aurélien Richard, c’est d’abord et surtout le corps de l’autre.

L’inénarrable Pasionaria du flamenco invite sa mère dans un spectacle qui crie le regard de la femme sur le monde.

Jean-Christophe Boclé fait de la danse jazz. De la vraie danse contemporaine et du vrai jazz… Brillant !

Dans la nouvelle création de la compagnie Le Guetteur, danseurs et circassiens croisent un loup, un vautour et des chouettes...

Le Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines a brillamment inauguré sa saison de danse avec TO DA BONE, qui fut créé l’an dernier à Montréal.

L’humour en fil conducteur d’une performance désopilante.

L’exil, l’enfance, le déracinement sont au cœur de la nouvelle création de Rachid Ouramdane.

Pages