Radhouane El Meddeb : « Le Lac des cygnes »

Le chorégraphe s’empare d’un chef-d’œuvre classique avec la troupe du Ballet du Rhin.

Confier au chorégraphe contemporain Radhouane El Meddeb une relecture du Lac des Cygnes pour les trente-deux danseurs du Ballet du Rhin était, de la part de son directeur, Bruno Bouché, un peu « gonflé ». Cette association était de fait un genre de manifeste pour signifier « la démolition des dogmes » par lui-même proclamée. Mais il est des œuvres qui résistent à toute destruction, Le Lac des Cygnes est l’une d’entre elles.

D’ailleurs, Radhouane El Meddeb s’est bien gardé d’en prendre le chemin. Au contraire, on peut lire dans sa chorégraphie un étonnant travail d’analyse des strates qui composent ce chef-d’œuvre, aussi bien au niveau du vocabulaire, dans lequel certains ont voulu voir l’emprise de Noureev qui n’est pas si réelle, qu’au plan symbolique ou imaginaire d’un ballet inscrit dans un inconscient collectif  quasi mondialisé au point de représenter à lui seul toute la danse classique, sans oublier son efficacité politique même si elle est parfois subliminale.

Traitant la chorégraphie à la manière d’un palimpseste, Radhouane El Meddeb a commencé par effacer les différents actes qui trament le récit et ses rebondissements pour en faire une sorte de longue rêverie d’où émergeraient, tels de maritimes amers, les emblèmes du ballet : une palpitation des jambes, une torsion des bras, un froissement d’ailes, une courbe du col, une inflexion du visage… répartis indifféremment à tous les membres de la troupe, femmes et hommes réunis. Surgissent ensuite, déduits de ce premier travail, les éclats des variations des différentes versions, plutôt que les moments clés de la narration. Apparaissent alors dans leur « nudité » en quelque sorte, les invariants que l’on peut attribuer sans coup férir à Petipa-Ivanov (les quatre petits cygnes, les trois grands cygnes, la variation d’Odette, et celle de Siegfried…), et les ajouts glanés ici et là (le Pas de trois de Noureev, la marche de la version Bourmeister, etc.).

Enfin, et c’est toute l’intelligence de cette version, apparaissent les véritables enjeux du Lac des cygnes : le désir d’envol et d’animalité que porte chaque danseur, sa passion d’être un autre, qui passe par un travail acharné de transformation physique et de dissolution de l’ego… et bien sûr, la sexualité dont cet oiseau s’est fait le mythologique champion mâle et femelle confondus. On a particulièrement apprécié la subtile intention démocratique inscrite à même les lignes de la chorégraphie d’El Meddeb. Au lieu de faire voir l’ordre à travers des ensembles tirés au cordeau et répétant à l’unisson un même mouvement ad libitum, il a, au contraire, réparti les danseurs sur le plateau comme autant d’individus, échangeant des regards, se jaugeant en arpentant l’espace, se frôlant sans se rencontrer, évitant le contact direct, étrangers l’un à l’autre mais toujours solidaires.

À la fin, abandonnant les pointes comme on sort d’un ancien régime, les Cygnes redeviennent des citoyens ordinaires, mais chargés de l’indicible de la danse.

La légèreté des costumes de Celestina Agostino, la précision du coup de baguette du jeune chef iranien Hossein Pishkar qui donne à la partition un frémissement rafraîchissant, la magnifique scénographie d’Annie Tolleter, bien pensée avec son grand lustre et ses tutus voilés par le souvenir, sans oublier les lumières d’Eric Wurtz font de ce spectacle une belle réussite.

Agnès Izrine

Le 13 janvier 2019, Opéra du Rhin, Strasbourg

Photos : Agathe Poupeney / BOnR

En tournée :

Théâtre de Colmar les 24 et 25 janvier

La Filature de Mulhouse du 1er au 3 février

Chaillot Théâtre national de la Danse du 27 au 30 mars

Le Manège de Reims du 22 au 24 mars

 

Catégories: 

Add new comment