Niort : La 3è édition de Panique au Dancing

Panique à Niort : Dix-huit compagnies investissent rues, places et commerces, du 23 au 28 septembre! La danse arrive en force, et elle peut avoir une drôle de tête...

La compagnie Volubilis pratique l’art de la danse et du geste dans l’espace public. Sa fondatrice Agnès Pelletier a imaginé, en collaboration avec Le Moulin du Roc - Scène Nationale à Niort, une biennale faite de spectacles qui inondent la ville, du centre à sa périphérie. 15.000 personnes auraient assisté aux spectacles de Panique au Dancing en 2017, nous disent les organisateurs qui en attendent davantage pour l’édition 2019, avec ses vingt spectacles proposés par dix-huit compagnies, venues de France, de Grande-Bretagne, de Belgique et du Portugal.

On y danse avec des objets, dans la rue, dans les vitrines des magasins, on saute, on scie, on s’épuise, on lave des vitres (même sans la présence de Pina Bausch) et on fait la fête au bal. La danse est partout, avec des formes qui durent souvent entre 30 et 40 minutes et abordent le corps dans son rapport à l’autre et à l’espace urbain. S’y croisent quelques noms bien connus en danse contemporaine et des artistes qui placent le geste dans un rapport surprenant à l’objet.

Lisbeth Gruwez

On y verra Lisbeth Gruwez se glisser dans la peau de Pénélope, on se laissera surprendre par un duo signé Alban Richard,  très en lien avec le tempo musical (Vivace), ou par la jeune chorégraphe Lisa Guerrero qui se mue en flaneuse pour passer des chemins ouverts à un espace très intime. Ensuite, dans Fuera Fissa de Tango Sumo, ils sont cinq et s’engagent dans une folle course dansée en chutes et entraide, jusqu’à finir à bout de souffle. Olivier Germser, fondateur de Tango Sumo, est une figure de proue de la danse conçue pour l’espace public.

Un univers très différent est celui de Claudio Stellato, maître du bricolage absurde, décalé et chorégraphique. Dans Work_17, il envoie quatre danseurs dans un rituel aussi mystérieux que grotesque, autour du bois, de la peinture et des clous. Lui répondent les quatre contorsionnistes bûcheronnes de la compagnie anglaise Reckless Sleepers, qui scient des chaises à la manière d’un quatuor à cordes.

Du vent dans les plumes - Agnès Pelletier

Et chaque jour, les danseurs de la compagnie Volubilis, qui joue ici à domicile, apparaissent dans les vitrines de certains commerçants prêts à jouer le jeu. Leur vignettes gestuelles interrogent notre rapport à la consommation et au regard en détournant les codes de la (re)présentation. Et Agnès Pelletier signe aussi une variation surréaliste et malicieuse sur le Lac des Cygnes, intitulée Du Vent dans les plumes. Ce qui résume bien les enjeux d’un festival dédié à la danse qui s’expose  aux éléments et à un public libre de partir et de s’exprimer comme il veut, face aux artistes.

Thomas Hahn

3e édition de Panique au Dancing, Niort, du 23 au 28 septembre 2019

 

Catégories: 

Add new comment