Le Festival Trente Trente

La 18ème édition de Trente Trente a enfin pu se dérouler du 8 juin au 3 juillet dans plusieurs lieux de Bordeaux et sa métropole.

« Nous espérons très fort que ces Rencontres de la forme courte porteront bien leur nom, peut-être encore plus que par le passé, et qu’après un an d'absence dans nos salles, le lien et l'intimité entre les artistes et le public seront au rendez-vous. Nous voulons croire que l'exigence et la diversité des propositions trouveront un écho auprès d'un public qui aura une « faim » nouvelle et une envie décuplée de s'évader et de se distraire » écrivait dans son édito Jean-Luc Terrade, le directeur artistique du Festival.

Et il est dorénavant rassuré parce que le public est venu très nombreux assister aux spectacles initialement prévus en janvier dont la presque totalité a été reprogrammée du 8 juin au 3 juillet.  

Bien entendu, les fameux parcours des week-ends où l’on passait la journée et une partie de la nuit à s’agglutiner dans différentes salles n’ont malheureusement pas pu se dérouler.

Pour autant, au Marché de Lerme, la compagnie Un Loup pour l’homme a fait frémir le public. Avec Cuir, Arno Ferrera et Gilles Polet juste revêtus de caleçons et tout le haut du corps harnachés de harnais habituellement réservés aux chevaux de trait et de labour, se sont lancés durant 35 minutes dans une performance étonnante. 

Porteur et voltigeur, ils effectuent des figures incroyables où la lutte, la danse, la sensibilité et l’humour dessinent un jeu de puissance de haute voltige. Lequel domptera l’autre ? Inutile de chercher une réponse tant l’un et l’autre dévoilent une profonde amitié, un profond respect. 

Dans Cuir, les deux acrobates/danseurs partagent une sauvage et animale domination, de la sensualité, un furieux désir d’explorer encore et encore leurs virtuosités. La salle est scotchée ! 

Deux installations ont honoré la magnifique Chapelle de la Drac : Vidéopoèmes d’Arnaud Poujol et Florhof (Jardin des fleurs) de Benjamin Begey.

Plusieurs petits écrans munis de casques permettent au spectateur de voir et d’écouter des vidéopoèmes écris par Arnaud Poujol. Á partir de vieux films familiaux,ila composé de véritables petits bijoux où les couleurs mettent en exergue des poèmes qui abordent plusieurs thèmes. Le tout est non seulement fort bien écrit mais aussi parfaitement bien dit par les interprètes. Surgit du confinement, ce projet interroge, charme et envoute. 

Quant à Benjamin Begey, le style insolite de son exposition ne peut laisser indifférent. Une cascade, une boule, la traine d’une robe… sont composées par des milliers de volants de badminton en plumes et liège. L’effet de Florhof (Jardin des fleurs) est incroyable car chaque spectateur laisse voyager son imagination au gré des multiples propositions installées de part et d’autre du lieu. Un travail minutieux et ingénieux expliqué avec passion par l’artiste. 

Même quelque peu réduit, Trente Trente tient toujours ses promesses de surprendre et faire découvrir des spectacles de formes courtes. L’exigence, la diversité et l’ambiance toujours si chaleureuse furent au rendez-vous.

Sophie Lesort 

Vu au Trente-Trente le 25 juin 2021

Image de preview : Cuir - Un loup pour l'homme © Nicolas Tep

Cuir 

Compagnie Un Loup pour l’homme 
Créateurs et interprètes : Arno Ferrera & Gilles Polet
Porteur de projet : Arno Ferrera
Regard extérieur : Paola Rizza
Regard chorégraphique : Benjamin Kahn
Régie lumière et son : Pierre-Jean Faggiani
Création lumière : Florent Blanchon
Accompagnement : Alexandre Fray
Costumes : Jennifer Defays
Artisan sellier : Jara Buschhoff

En tournée :

les 10 et 11 juillet 2021 à Lausanne (Festival de la Cité)
le 13 juillet 2021 à Paris (Festival Jogging / Carreau du Temple)
les 27 et 28 août 2021 à Hédé-Bazouges (Festival Bonus)

Catégories: 

Add new comment