La « Trilogia sobre la guitara » à Chaillot : Interview de Rocío Molina

Retour aux fondamentaux pour celle qui osa tout, ces dernières années ! Deux solos, face à un guitariste. Sagesse et sobriété ? 

Danser Canal Historique : Comment avez-vous traversé les confinements ? Avez-vous pu travailler, répéter ?

Rocío Molina : Je travaillais sur la deuxième partie de la Trilogia sobre la guitara et pour être sincère, les conditions pendant le confinement n’étaient pas favorables à ma créativité ou ma concentration, ni à mon enthousiasme. Subir un confinement en élevant un bébé et en plein processus de création, avec un grand nombre de réunions Zoom a été vraiment épuisant mais en même temps j’ai cessé de prendre l'avion. Être à la maison a été un soulagement et agréable.

DCH : Pourquoi aujourd’hui le retour à un face à face avec des musiciens, en solo et sans décors ?

Rocío Molina : J'ai ressenti le besoin de revenir aux fondamentaux. Après avoir traversé ce qui a été ma première crise créative, si difficile mais nécessaire et éclairant à la fois, j'avais besoin de redécouvrir la danse dans un petit endroit isolé. Pendant la période que je traversais, je me sentais dépassée par la gestion d’une grande équipe. Tout cela me paraissait trop envahissant. Je me suis donc entourée du minimum et d’une équipe soudée, celle dont j'avais besoin à ce moment-là , pour me détacher des artifices et aller vers l’essentiel. 

DCH : Pouvez-vous nous parler des musiciens et de votre relation avec eux ?  

Rocío Molina : Les musiciens de cette Trilogie sont la colonne vertébrale de l'œuvre. La guitare du grand maestro Rafael Riqueni est quelque chose de très spécial pour moi et ce sera sans aucun doute l'un des plus beaux cadeaux que ma profession m'aura offerts. Ce fut la guitare de mes rêves, celle qui m'a inspiré dans chacune de mes créations, toujours celle que j'ai écoutée et cela m'a toujours fait redécouvrir d'autres dimensions, émotions, sons, composition et paysages. Être sur scène avec lui est la plus grande démonstration d'amour, d'admiration, de naïveté et d'harmonie qui puisse exister entre deux artistes.

Ensuite, la guitare d'Eduardo Trassiera est très importante pour moi puisqu'elle a marqué plus d'une décennie de ma vie et de ma création. Il a mis la bande originale de ma vie et a su faire résonner l'univers, parfois complexe, qui m’habite. Il était donc impensable qu’il ne participe pas à cette trilogie sur la guitare. Et pour terminer, Yerai Cortés joue un role très important. Sa guitare est celle qui a hissé le jeu, l’improvisation et la fraîcheur dans une nouvelle dimension qui s’éveille en moi. Il m’a fait sortir de ma zone de confort et bien qu’il soit le plus jeune de nous tous, il nous dépasse tous en sagesse. 

DCH : Quels genres de flamenco – danse et musique – utilisez-vous dans le spectacle ?

Rocío Molina : Je suis danseuse et je danse le flamenco, mon flamenco, c'est mon genre, il n'a pas de forme, pas de barrières ni de limites. Le traitement que nous avons fait avec la guitare est le même. Chacun joue comme il est. Aussi mon corps bouge comme chaque corde de chaque guitare. Ce sont donc trois guitares aux horizons très larges et des harmonies et des regards qui semblent lointains.

DCH : Comment gérez-vous aujourd’hui votre double rôle et travail d’artiste et de mère ?

Rocío Molina : Pour être honnête, avec beaucoup de difficultés, d'épuisement et de frustration, mais plus que jamais avec les pieds sur terre. La conciliation familiale n’existe pas vraiment, face à un système agressif, dévorant, affamé et insensible.      

DCH : La maternité a-t-elle changé quelque chose dans votre manière de concevoir la danse, la création, le spectacle et surtout, la vie ?

Rocío Molina : Même si c'est assez cliché de le dire, oui, ça a changé beaucoup de choses. Je sens que ma danse pèse plus, je perçois le vrai sens de l'immobilité, de la fragilité, du soin. Il y a eu un coup de frein qui s’est traduit en plus de sagesse. Et désormais, quand quelque chose se met à germer, il le fait avec plus de profondeur. Mais en même temps je me sens plus vulnérable que jamais et j'aime ça, c'est plus humain.


 

DCH : Comment ressentez-vous aujourd’hui la disponibilité et l’état de votre corps – en comparaison avec la période de Caída del cielo ?

Rocío Molina : J'ai l'impression de ne pas fuir, je suis plus présente, plus réelle, plus humaine. Comme je l'ai déjà dit, je trouve une beauté dans la petitesse et la vulnérabilité qui sont en moi. La regarder en face et ne pas m'enfuir avec mes jambes super fortes et rapides me donne un sentiment plus réel, plus juste avec moi-même et donc plus sincère. J'accepte simplement ce qu'est mon corps aujourd'hui comme j'essaierai d'accepter ce qu'il sera demain.

DCH : Dans ces deux pièces, que cherchez-vous par rapport à vous-même ? Quelles sensations, quels états ?

Rocío Molina : Inicio (Uno) parle du subtil, de la gentillesse, de la fraîcheur, de l'innocence. C'est une danse pleine de sens et de plaisir, une danse qui n'a pas besoin d'ostentation, de virtuosité ou de technique. C'est une communion amoureuse et admirée avec l'instant. Al Fondo Riela  est sans conteste l'envers de la médaille car cette pièce parle de mystère, de virulence, d'assaut, de présomption, d'élégance. Elle parle de la peur du regard et du désir de celui-ci.

DCH : Quel rôle jouent les différents costumes de Julia Valencia et quelles sont les raisons d’avoir choisi cette créatrice ? 

Rocío Molina : Julia Valencia est une artiste qui se démarque par son humilité et son honnêteté dans tout ce qu'elle fait ou propose. C'est vraiment un plaisir de travailler avec quelqu'un comme ça et ses costumes jouent un rôle précieux, même si aucune des parties de chaque pièce n'a permis d’aller vers le spectaculaire. Il est agréable de voir comment un tissu accompagne simplement le mouvement, affectant l'exécution de la danse elle-même sans provoquer d'altération en dehors de la nature du mouvement du corps.

DCH : Dans quelles directions va aujourd’hui votre recherche chorégraphique ?

Rocío Molina : Je suis à la fin de la création du troisième volet de la Trilogie, je sens que j'ai besoin de clore ce cycle car d'autres désirs et d'autres énergies apparaissent comme des bulles au bord de l'ébullition. La troisième partie de ce triptyque est ludique, avide, gourmande, abondante et explosive. Une étape se dessine ou je peux à nouveau m’ouvrir au vertige, mais avec plus de conscience.

Propos recueillis par Thomas Hahn

Chaillot – Théâtre National de la Danse, à partir du 18 novembre

 

 

Catégories: 

Add new comment