La rentrée de la Maison de la Danse

Sorties de résidence, grandes leçons, rencontres, projections : à Lyon, la moisson d’automne de la Maison de la Danse s’annonce riche en émotions.

Bien sûr, il a fallu reporter de quelques mois l’édition tant attendue de la Biennale de la danse, en résonance cette année avec la manifestation Africa 2020, toutes deux décalées au printemps prochain. N’empêche, en une période de relative disette chorégraphique, l’Automne de la Danse, organisé par la Maison de la Danse de Lyon, offre aux amateurs ‘en manque’ de quoi attendre sereinement la suite d’une programmation ouverte, comme de coutume, à la diversité des esthétiques.
En à peine six semaines, pas moins de neuf rendez-vous sont ainsi programmés, avec autant d’artistes ou de compagnies invités, sans compter une découverte sur grand écran des « trésors patrimoniaux » de la plateforme numérique Numéridanse. Cerise sur le gâteau, ou chausson sur le plateau, ces neuf dates sont gratuites et ouvertes à tous, afin que chacun puisse « reprendre en douceur le chemin de la maison de la danse ».  
Le programme des réjouissances s’est ouvert le 12 septembre avec le collectif ES, qui a inauguré une série de cinq "Sorties de résidences". Le principe - extrait du travail en cours, rencontre avec les artistes, échanges – se décline ensuite le 23 septembre avec la Cie HKC qui s’est associé à Amala Dianor pour le projet Urgence, une œuvre de danse - théâtre en cours d’élaboration sur le mouvement de l’émancipation.

Le 7 octobre, ce sera le tour de Galactick Ensemble, un collectif de circassiens en résidence pendant deux semaines à la Maison de la Danse pour préparer leur création 2021, puis le 17 de Fouad Boussouf, au travail sur un duo après la création en février de sa pièce collective Oüm, et enfin le 28 d’Amala Dianor, en résidence de création pour son prochain opus Point Zéro, qui sera programmé ici même en février 2021.

En parallèle se tiendront trois Grandes Leçons, la première le 24 septembre avec les talentueux danseurs du Ballet de l’Opéra de Lyon pour lesquels la nouvelle directrice, Julie Guibert, a imaginé un projet artistique sur plusieurs saisons où chaque danseur se verra « offrir » un solo créé pour lui/elle par un ou une chorégraphe. Sera dévoilé celui, en cours d’élaboration, de Rachid Ouramdane pour Léoannis Pupo-Guillen, puis le public aura le plaisir rare d’assister à la répétition d’un ballet de Jiří Kylián,. Autre rencontre de choix, celle organisée le 1er octobre avec les danseurs du CCN de Rilleux-la-Pape et leur directeur Yuval Pick, lequel donnera à voir et comprendre sa méthode spécifique d’échauffement à base de « mouvements fondamentaux », baptisée Practice. Enfin, la dernière Grande Leçon, le 8 octobre, sera animée par des intervenants du CN D (Centre national de la Danse à Lyon) et consacrée à l’art- thérapie, au cours de laquelle on pourra depuis son fauteuil « vivre une expérience qui mobilisera des pratiques artistiques pour contribuer à un mieux-être physique et mental et apprendre en quelques massages et respirations à se faire du bien ». Tout un programme !  

Practice de Yuval Pick from CCNR Yuval Pick on Vimeo.

Last but not least, Mourad Merzouki ouvrira le 15 octobre les portes de son Musée Imaginaire. Pensée comme une traversée pour comprendre comment se fabrique sa danse, ce moment sera pour le chorégraphe l’occasion de partager des extraits de documentaires et de spectacles, de revenir sur les inspirations qui ont marqué son écriture et de raconter l’évolution d’un hip hop dont il a largement contribué à l’essor –et au rayonnement.  
En petits groupes, sur réservation et bien sûr dans le strict respect des mesures sanitaires, voilà une manière privilégiée de découvrir en cette rentrée toutes les ressources d’une Maison de la Danse solidaire, au service des artistes et des savoirs.
Isabelle Calabre
http://www.maisondeladanse.com/programmation/saison2020-2021/automne-de-la-danse

 

 

 

Catégories: 

Add new comment