Festival Karavel : Kader Attou crée « Les Autres »

Ambiances surréelles et musiciens d’autres mondes : la pièce d’adieu de Kader Attou au CCN La Rochelle. 

La rencontre avec l’autre est sans doute l’événement le plus déterminant et constituant de nos vies. Mais combien d’entre eux arrivons-nous vraiment à connaître ? Ce mystère, ce frémissement, sont au cœur de la nouvelle création de Kader Attou, sa dernière en tant que directeur du CCN La Rochelle. Sur scène, cet autre qu’on désire et qu’on redoute, commence par la danse et la musique, quand deux danseuses contemporaines rencontrent trois danseurs issus des danses urbaines et du cirque (auxquels s’ajoute, à un moment, Kader Attou), et quand ce quintette partage le plateau avec deux musiciens des plus singuliers. 

Loup Barrow, roi des instruments rares et improbables, installe sur scène son Cristal Baschet, avec son clavier composé de tiges de cristal et de feuilles d’acier diffusant le son qui forme une scénographie en soi. On touche les tiges avec les doigts mouillés, mais le clavier reste invisible pour le public, qui est ébloui par les parois, lesquelles, à un moment, servent aussi de miroir aux danseuses, dans ce spectacle plus proche d’une danse-théâtre que des danses urbaines. 

Galerie photo © Damien Bourletsi

Face à Barrow, on aperçoit l’autre instrument fantasque de la soirée. Car Grégoire Blanc est l’un des rares joueurs de Thérémine, instrument électronique précurseur inventé il y a un siècle, où le son est produit par le mouvement des mains sans jamais toucher l’instrument. Et Blanc, de ses deux mètres de haut, ajoute par sa présence une touche surréelle à cet instrument aussi futuriste que désuet. 

Qu’ils se trouvent en fond de scène comme installés dans un séjour à la présence tamisée car visibles à travers un rideau transparent ou qu’ils se trouvent en première ligne, sur le plateau, Barrow et Blanc sont de véritables personnages, à l’altérité complice et enchantante. Et ils pourraient le devenir même davantage, vu que leurs univers musicaux étaient, le jour de la première, parfois envahis par les partitions électroniques de Régis Baillet, compositeur qui accompagne Attou depuis la création de The Roots  en 2013. 

Tout compte fait, ce premier jet, au Toboggan de Décines, dans le cadre du festival Karavel (créé et dirigé par Mourad Merzouki), était hautement prometteur, sachant que des ajustements seront encore à apporter à l’ensemble et que l’un des tableaux n’était pas encore terminé. Il le sera pour la représentation aux Gémeaux, à Sceaux, début décembre, Attou le promet. Mais ce que Les Autres  met d'ores et déjà en exergue est que l’enfant de Saint-Priest, co-fondateur historique d’Accrorap, fait plus que jamais figure de véritable poète scénique. 

L’ambiance délicieusement désuète dans Les Autres, avec ses nuances en sépia, transporte le public dans une histoire, voire dans une collection d’histoires, où les images et émotions pourraient appartenir à tel ou tel roman du XIXe siècle, à Tchékhov ou à Pina Bausch (le sublime solo de Youlia Plotnikova qui ouvre la pièce!), et parfois à des films d’épouvante ou encore à un tableau de Magritte – en pensant aux abat-jours qui envahissent l’espace et se substituent aux têtes des personnages, dans le tableau final. 

Galerie photo © Julie Cherki

En somme, avec son imagerie subliminale et ses envolées romantiques, inquiétantes, mélancoliques ou métaphoriques, Les Autres  est un spectacle poétique et onirique qui poursuit avec bonheur sur la lancée de Petites histoires.com, créé en 2008 où Attou parlait de son enfance. Les Autres, ce sont de grandes histoires, entre adultes et pour adultes. Et de grands sentiments. 

Thomas Hahn

Festival Karavel, le 30 septembre 2021, Décines, Le Toboggan

Direction artistique et chorégraphique : Kader Attou

Danse : Capucine Goust, Ioulia Plotnikova, Wilfried Ebongue, Sébastien Vela Lopez, Erwan Godard, Kader Attou
Création musicale et sonore : Régis Baillet - Diaphane
Musique live : Loup Barrow, Grégoire Blanc
Scénographie : Olivier Borne
Dramaturgie : Camille Duchemin
Création lumière : Fabrice Crouzet
Création costumes : Colombe Lauriot

En tournée : 

2021 

3, 4 et 5 décembre – Sceaux, Théâtre Les Gémeaux, Scène Nationale

2022

3, 4 et 5 février – La Rochelle, La Coursive, Scène Nationale
29 et 30 mars – Grasse, Théâtre
5 avril – Chartres, Théâtre
12 et 13 mai – Châteauvallon, Scène Nationale
20 mai – Château Arnoux, Théâtre Durance
9, 10 et 11 juin – Paris, La Villette

 
Catégories: 

Add new comment