Hubert Petit-Phar : L'échappé(e)

Un sac de coursier pendouillant à son épaule, Hubert Petit-Phar danse. Et prouve que c’est possible. Mais ce qui l’intéresse, c’est autre chose…
Dès le départ, le suspense opère. Urgence et précision dans l’articulation des bras, rayonnement et mystère de  la présence. A gauche, un bruiteur fait couler de l’eau, avec une louche. Au centre, un homme explore un marécage imaginaire. Miracle d’accord et complicité, de véracité et du lien musique-mouvement: On le voit marcher dans l’eau, comme si on l’accompagnait dans son univers antillais, bercé par le son des vagues. Chacune de ses actions est à la fois concrète et métaphorique, vraie et imaginaire. Chaque mouvement est d’une fluidité percutante ou d’un saccadé plein d’harmonie. Autant danseur qu’acteur, il déballe des livres qu’il dépose au sol, en ligne droite, pour se coucher entre ces pages pleines de sagesse universelle, et les survoler en sauts à l’horizontale. C’est félin, et c’est malin. L’amour des mots et l’amour des animaux ne font qu’un, mettant l’art dans la vie et la vie dans l’art. Hubert Petit-Phar peut nous emmener loin, comme si le chemin vers les Antilles passait par Wuppertal.

Thomas Hahn
 
Avignon Off, Chapelle du verbe incarné/T.O.M.A.

Catégories: 

Add new comment