« Kawral » de Salia Sanou et Laurent Blondiau

Le croisement entre le chorégraphe burkinabé Salia Sanou et le trompettiste Laurent Blondiau s’avère être un savoureux pêle-mêle musico-chorégraphique.

La biennale de danse du Val-de-Marne réserve d’audacieuses et improbables rencontres. C’est le cas pour Kawral qui a pour originalité de marier deux univers rarement confrontés sur une même scène. La danse chorégraphiée par Salia Sanou et le free jazz avec le collectif Mâäk dirigé par le trompettiste Laurent Blondiau.

Sur scène cinq danseurs burkinabés placés derrière cinq musiciens. Chaque rythme et son, geste et mouvement prennent la liberté de se perdre dans l’univers de l’autre pour se retrouver et partager la joie d’être ensemble. Les espaces se rapprochent, s’éloignent, se confrontent, se construisent ou se déconstruisent dans une subtile harmonie. Les fortes personnalités de ces dix artistes créent un désordre délicieusement rigoureux car tout est parfaitement bien pensé.

Dans Kawral, la joie et la complicité triomphent. Les corps s’entremêlent et se complètent avec des sonorités d’une rare intensité.

Entre humour et virtuosité, les solos de trompette et de batterie font émerger des danses qui oscillent entre improvisation et regroupement comme une fête dans un club de jazz grâce aux lumières tamisées.

Galerie photo © Tom Blaton

Puis, en rapprochant les musiciens au centre du plateau pour créer une zone plus restreinte, danseurs et musiciens prennent un profond plaisir à associer leurs spécialités et offrent un final réjouissant. Joie communicative.

Le plus étonnant est que certains spectateurs sont venus voir un concert et applaudissent à la fin de chaque morceau, alors que d’autres se sont déplacés pour assister à ce mariage entre danse et musique. Ce contraste a permis d’établir une ambiance fort séduisante.

Une soirée originale, brillante et de bien belle qualité.

Sophie Lesort

Vu au théâtre de Saint-Maur-des-Fossés le 17 mars à la Biennale de danse du Val-de-Marne

Kawral, chorégraphie Salia Sanou
Direction musicale Laurent Blondiau
Avec le collectif Mâäk : Lynn Cassiers, voix-électro, Laurent Blondiau, trompette électro, Giovanni Di Domenico, Fender Rhodes, Manolo Cabras basse, João Lobo batterie

Interprètes : Michael Nana, Mariam Traore, Daouda Zerbo, Lucie Ouédraogo,
Ibrahim Zongo
Lumières Sam Mary
Design sonore Vincent De Bast
Assistant son Renaud Houben
Costumes  Silvia Hassenclever

La Biennale de danse du Val-de-Marne, jusqu’au 1er avril

Catégories: 

Add new comment