Faits d’hiver : « Les Fragments Mobiles » d’Yvann Alexandre

Faits d’Hiver se poursuit avec son lot de surprises et de créations telle les Fragments Mobiles d’Yvann Alexandre programmée dans la salle des Gens d’Armes de la Conciergerie.

C’est grâce à la collaboration entre le festival et le Centre des monuments nationaux que cette pièce a pu voir le jour dans le cadre de Monuments en mouvement qui propose sa troisième saison de performances chorégraphiques et circassiennes présentées dans les plus beaux lieux historiques de l’hexagone.

L’enjeu d’occuper par le bais de la danse un espace aussi vaste que la salle médiévale des Gens d’Armes de la Conciergerie construite entre 1302 et 1313 qui fait 69,30m de long, 27,40m de large et 8,5m de hauteur et qui comporte aussi de nombreux piliers pour soutenir la voute est un pari fort bien réussi de la part du chorégraphe.

Car il est déjà fort impressionnant d’entrer dans cette salle chargée d’histoire superbement bien mise en lumière et de s’y asseoir sur des bancs installés tout autour qu’il est tout d’abord difficile de lâcher du regard un tel monument lorsque les vingt-sept interprètes investissent ce lieu.

Ils déambulent en silence et la magie opère après un certain temps lorsque le regard lâche la pierre pour la chair. Vêtus de hauts noirs et de pantalon rouges ou noirs les onze danseurs de la compagnie d’Yvann et les seize amateurs de Sciences Po et ACTS commencent à révéler, percevoir et faire vivre autrement ce qui, avant d’être une prison, était un vaste réfectoire pour les quelques deux milles employés de Philippe Le Bel.

Ensuite, sur des créations musicales inspirées de morceaux choisis de Bach, Schubert, Bencini et Couperin des duos dessinent de multiples histoires intimes qui fondent très vite puisque ces hommes et ces femmes rejoignent vite le groupe. Pour autant, des frôlements, des regards et de légers baisers reviennent délicatement tout au long de la pièce. Puis des courses effrénées déterminent la notion d’égarement, d’errance et de solitude alors qu’ils sont au sein de la foule. Chaque petit recoin est exploré, les piliers font office de partenaire,  le sol reçoit des chutes, la voute illumine un jeu de corps qui épouse ce magnifique espace.

Alors que la musique prend son envol, l’architecture gothique et la danse ne font plus qu’un. Un pour commémorer l’Histoire et l’Homme, où richesse et perdition, fragments de vie et masse mouvante se fondent à merveille avec respect et sobriété.

Sophie Lesort

Spectacle vu à La Conciergerie le 6 février

Les Fragments Mobiles d’Yvann Alexandre jusqu’au 8 février à La Conciergerie dans le cadre de Faits d’Hiver et le 10 mai au Château d’Angers dans le cadre de Monuments en mouvement.

Autres dates :

Hivernales, au Palais des Papes les 18 et 19 février, avec 11 danseurs

10 mai 2017 - Château d’Angers, Angers
11 mai 2017 - Collégiale Saint Martin, Angers
13 mai 2017 - Musée Jean Lurçat, Angers
23 juin 2017 - Abbaye St Pierre de Maillezais, Maillezais
25 juin 2017 - Haras National, La Roche-Sur-Yon
8-9 juillet 2017 - Abbaye de l’Epau, Le Mans

 

Conception et chorégraphie : Yvann Alexandre avec la complicité des interprètes / Interprètes : Benjamin Bac, Steven Berg, Christian Bourigault, Lucile Cartreau, Anthony Cazaux, Aurélien Charrier, Guillaume Chevereau, Fabrizio Clemente, Emma Mouton, Claire Pidoux et Franck Ragueneau accompagnés d’invités amateurs impliqués dans un processus d’immersion pédagogique et artistique issus de SCIENCES PO & ACTS – Paris pour la Conciergerie à Paris / Création lumière : Olivier Blouin / Création sonore : Christophe Sartori & Jérémie Morizeau / Création musicale inspirée de morceaux choisis de : Bach, Schubert, Bencini et Couperin / Conseiller musical : Jean-Louis Moissonié

Faits d’Hiver  jusqu’au 9 février

Monuments en mouvement  jusqu’en octobre 2017

 

Catégories: 

Add new comment