Chunky Move : « The Complexity of Belonging »

Anouk Van Dijk et Falk Richter nous plongent dans le monde d’aujourd’hui : intelligent et drôle !

C’est notre monde. Un monde où les solitudes s’aditionnent, où les couples se croisent entre deux avions, normal, il faut bien travailler, quitte à aller jusqu’au burn out, où l’on se parle par skype, où la libido est réduite à zéro, normal, il faut bien travailler, où la personnalité est constamment médiatisée, où les rêves ressemblent à des images parfaites, où les images sont plus réelles que la réalité, où les relations les plus romantiques se font par site de rencontres interposé, normal, il faut bien travailler…

Galerie photo : Laurent Philippe

Alors que le siècle bat son plein, la problématique de l’appartenance reste une question béante. Pouvons-nous vraiment être ce que nous voulons ? Notre identité est-elle unifiée et certaine ou improbable et désarticulée ? Sur le plateau, les corps des interprètes témoignent de ces tiraillements, de ces morcellements, de ces jeux d’identification dans de multiples autofictions – d’ailleurs, les prénoms des personnages sont bien ceux des acteurs et le récit construit par Falk Richter a été inspiré par les interprètes eux-mêmes.

Galerie photo : Laurent Philippe

Il y a la thérapeute, son amoureux, toujours absent, la chercheuse qui disserte sur De la complexité de l’appartenance, le couple d’hommes qui se sont rencontrés sur Grindr, le couple d’asiatiques, victimes d’un certain racisme ordinaire, la femme en plein trouble mais qui assume à fond sa sexualité. Et bien sûr, l’homme idéal en question. Tous plus excellents les uns que les autres. À travers leurs monologues, et leur danse, ils explorent les thèmes de la sexualité, du genre, des nationalités, des corps en partance…

Galerie photo : Laurent Philippe

Sur fond de désert australien, les neuf acteurs danseurs de Chunky Move, tracent donc un portrait de notre société actuelle. La scénographie  – somptueuse – qui mêle à des mobiliers de bureau ou de salles d’attente des écrans vidéos qui isolent quelque moment ou quelque personnage par caméra interposée crée une sorte de no man’s land où tout peut arriver, où se construisent et se délitent des paysages en recomposition constante. Il y a des images qui marquent, comme cette accumulation de fauteuils dont un comédien entreprend l’ascension tandis que son ombre envahit le plateau. Ou, puisque l’on parle fauteuils, ce magnifique alignement final qui donne lieu à une danse où les danseurs s’avachissent et se reprennent d’un coup, avec une énergie sans faille.

Galerie photo : Laurent Philippe

Mots et mouvements alternent avec naturel parfait. C’est le fruit de la collaboration entre la chorégraphe néerlandaise Anouk Van Dijk, directrice artistique de la compagnie australienne Chunky Move, et le célèbre dramaturge allemande Falk Richter, qui travaillent ensemble depuis une quinzaine d’années et ont créé cette osmose si particulière. Ils inventent, depuis maintenant plusieurs années, un processus de création dynamique où les formes – danse, théâtre, texte – sont poussées à leurs limites pendant les répétitions et sur scène, notamment grâce à la nouvelle technique de Countertechnique conçue par Anouk Van Dijk.

Complexity of Belonging | Trailer (short) from Chunky Move on Vimeo.

Au bout d’un moment, on réalise que les propos se désaccordent des expressions, des émotions qui transparaissent dans la chorégraphie. Un subtil décalage entre le discours des personnages et leurs gestes distille un humour qui flirte constamment avec les limites. Ça pourrait finir dans le graveleux, mais on l’évite toujours par une sorte d’accélération ingénieuse. On rit beaucoup. On est éblouis par les interprètes, aussi bons acteurs que danseurs. On est même parfois asssaillis par nos propres doutes. Mais il y a une chose dont on ne peut douter : Chunky Move est une vrai découverte et le Théâtre national de Chaillot a eu vraiment du flair en programmant ce Focus Australie !

Agnès Izrine

Théâtre national de Chaillot, jusqu’au 6 juin 2015.

À noter, la chorégraphe Anouk Van Dijk donnera une masterclass au CND les 7 et 8 juin pour enseigner Le Counterpoint, une nouvelle technique qu’elle a inventée :

Atelier de Countertechnique (la technique de mouvement qu’elle a développé au cours de sa carrière) ce samedi et dimanche au Centre National de Danse. C’est la première fois que cette technique est enseignée en France car très peu de professeurs sont certifiés. http://www.countertechnique.com/

Voici l’annonce sur le site du CND: http://www.cnd.fr/agenda/226924/

The Complexity of Belonging
Un projet de Falk Richter et Anouk van Dijk
Conception, mise en scène et chorégraphie Falk Richter et Anouk van Dijk
Texte Falk Richter
Décor Robert Cousins
Costumes Mel Page
Lumières Niklas Pajanti
Musique originale Malte Beckenbach
Dramaturgie Nils Haarmann et Daniel Schlusser
Avec Joel Bray, Lauren Langlois, Alya Manzart, Eloise Mignon, James Pham, Stephen Phillips, Josh Price, Karen Sibbing, Tara Soh
 

 

Catégories: 

Add new comment