« Ballerina »

De la danse, de l’action, du suspense, de la rivalité, des épreuves, et même une histoire d’amour avant le happy end final :  Ballerina  coche toutes les cases. On promet donc au long métrage d’animation réalisé par Eric Summer et Eric Warin une belle carrière en salles à l’occasion des fêtes de fin d’année.

L’histoire est simple : en 1888, la jeune Félicie, bonne à tout faire dans un orphelinat de Basse Bretagne, s’enfuit à Paris en compagnie de son ami Victor, apprenti inventeur, pour accomplir son rêve : devenir danseuse à l’Opéra. Son culot, la rencontre de l’ex danseuse Odette, et le vol d’une lettre d’admission destinée à une petite pimbêche bourgeoise nommée Camille, l’aident à forcer les portes de la prestigieuse maison.

Mais rien n’est encore gagné : malgré ses dispositions naturelles, Félicie n’a jamais pris de cours de danse. Elle craint chaque jour d’être renvoyée par l’impitoyable maître de ballet Louis Mérante. Il lui faudra donc travailler d’arrache-pied pour imposer son talent, tout en déjouant les désirs de vengeance de Camille…

En toile de fond, le Palais Garnier ‘vu de l’intérieur’, les petits rats courant dans les couloirs, et l’évocation réaliste du Paris de la future Exposition Universelle, avec sa Tour Eiffel en construction.

Au monde de la danse, Aurélie Dupont et Jérémie Bélingard ont apporté leur expertise chorégraphique et la maison Repetto, partenaire, ses célèbres chaussons. Mais au-delà de l’attrait qu’exercera immanquablement le film sur les ballerines en herbe, même les non-danseuses seront sensibles à cette figure attachante self-made girl, traçant son chemin dans un univers a priori fermé et hostile.

Leurs frères, eux, apprécieront les quelques courses - poursuites et cascades façon Karaté Kid, qui émaillent les multiples rebondissements. Avec des 5-12 ans, le film idéal pour les vacances de Noël.

Isabelle Calabre

En salles le 14 décembre

Catégories: 

Add new comment