« AKZAK » d’Héla Fattoumi et Éric Lamoureux

Une pièce intelligente et réjouissante qui fait tellement de bien.

Après tant de mois de fermeture et si heureuse de retrouver enfin son public, Nathalie Huerta, la directrice du Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine, a présenté aux spectateurs Héla Fattoumi et Éric Lamoureux qui signent le premier spectacle de la saison. « Vive le spectacle vivant ! » a lancé la danseuse et chorégraphe. 

Le plateau est dans la pénombre et pourtant, on discerne des ombres dont les différents pas entament un rythme saccadé. Puis ce sont des glissements qui ressemblent à des crissements effectués sur du sable. Les projecteurs éclairent progressivement les artistes qui sont au nombre de treize, tous éparpillés sur la scène. 

Effectivement, il s’agit bien d’un sable roux où chaque danseur imprime son empreinte personnelle. Des ronds, des dessins, des lignes tracées par Sarath, Juliette, Angela… car ils s’interpellent afin que chacun se présente avec quelques mouvements dansés. 

Se détache un homme qui rejoint ses instruments de percussions. C’est Xavier Desandre Navarre, un artiste aux multiples facettes qui, en frottant un simple morceau de plastique mou fait débuter l’histoire d’AKZAK

Pour cette création, Fattoumi et Lamoureux ont réuni de jeunes danseurs qui sont pour la plupart originaires du continent africain : Burkina Faso, Maroc, Tunisie et aussi des français. Aussi, les six femmes et les six hommes aux cultures différentes ne s’affrontent jamais, bien au contraire, ils forment une seule communauté où le sourire, le partage et la fraternité sont formidablement bien mis en exergue. 

Sur les rythmes de folie imposés par Xavier, la chorégraphie se développe entre sauts, déplacements rapides, tours, glissades avec parfois des inspirations de danses traditionnelles. Tout cela compose un melting-pot absolument réjouissant tant les singularités entremêlées se déploient comme un catalyseur des notions d’hospitalité, de solidarité entre les peuples et activent une puissance d’imagination et d’écoute.

Les jeux de lumière de Jimmy Boury provoquent des instants d’émotion, tout comme cette large lignée tracée en diagonale dans le sable. Considérée comme une frontière elle est immédiatement détruite par les danseurs. 

Galerie photo © Laurent Philippe

Parfois, le regard se pose sur les excellents interprètes dotés de fortes personnalités, à d’autres moments, c’est l’exceptionnel musicien qui capte l’attention du public tant il se démène inlassablement en frappant ses divers instruments et en jouant des pieds pour sampler ses précédents sons. En souriant il partage sa composition originale avec tous les artistes. Sa musique terriblement communicative engendre une ambiance jouissive. 

Puis c’est la danse du bâton. Un bâton qui démontre la notion de relais, du passage, de l’amitié, de la connivence. Et ce sont des bâtons plus ou moins longs aux différentes couleurs que les treize artistes manient en les frappant sur leurs corps. Les yeux fermés, Xavier Desandre Navarre donne le tempo d’un final où les sonorités plus ou moins graves provoquent une séquence formidable. Un aboutissement d’une œuvre où on chante, on fait de la musique, on parle de la vie, on sourit, on exprime de la joie du vivre ensemble. Et on adore !

En cette période si difficile où les artistes et techniciens du spectacle sont toujours dans un flou total quant à l’avenir, AKZAK qui parle de l’amitié entre les peuples est une création tellement intelligente et réjouissante qu’elle fait un bien fou. 

Effectivement, « Vive le spectacle vivant » ! comme le disait Héla Fattoumi en ouverture de la soirée. 

Sophie Lesort

Spectacle vu le 2 octobre 2020 au théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine 

CCN Viadanse 

Calendrier des tournées 

AKZAK chorégraphie d’Héla Fattoumi et Éric Lamoureux

Composition et interprétation musicale : Xavier Desandre Navarre  

Interprètes : Sarath Amarasingam, Téguawendé Yasinthe Bamogo, Juliette Bouissou, Meriem Bouajaja, Mohamed Chniti, Chourouk El Mahati, Adama Gnissi, Moad Haddadi, Synda Jebali, Mohamed Lamqayssi/ Mohamed Fouad, Fatou Traoré, Angela Vanoni 

Collaborateur artistique : Stéphane Pauvret
Assistante : Johanna Mandonnet
Création et régie lumières : Jimmy Boury  
Costumes : Gwendoline Bouget  
Assistante costumes : Bérénice Fischer  
Direction technique : Thierry Meyer  
Régie son : Brendan Guerdat

Catégories: 

Add new comment