26ème édition des Plateaux de la Briqueterie

Du 26 au 29 septembre, quinze compagnies françaises et internationales investissent la Briqueterie et le théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine.

Durant quatre jours, la danse est reine à Vitry-sur-Seine entre le théâtre Jean-Vilar et la Briqueterie qui programme sa 26ème édition des Plateaux. Comme l’indique Daniel Favier, directeur de la Briqueterie, « la plupart des spectacles de cette plateforme internationale sont présentés en intégralité avec, cette année, des écritures singulières, du solo aux pièces de groupe ».

Christos Papadopoulos ouvre Les Plateaux 2018 avec Opus, première pièce de la sélection Aerowaves, qui s’interroge sur la manière dont on regarde la musique et sur notre façon automatique de la percevoir. Sur scène, un quatuor de danseurs devient instrument en amplifiant progressivement la chorégraphie à travers le prisme de l’Art de la fugue de Jean-Sébastien Bach.

Suivie le 27 septembre à 19h30 par Forecasting de Giuseppe Chico et Barbara Matijević qui basent leur ouvrage sur un recueil de vidéos amateurs puisées sur youtube. A partir de cette contrainte naît un jeu de déplacement spatial et temporel et un outil de narration de soi.

Et à 21 h Wreck - List of extinct species de Pietro Marullo qui parle de migration et de la condition humaine dans une fascinante dérive métaphorique de la matière et des corps où s’activent quatre danseurs, deux manipulateurs et où résonne une bande-son électro puissante.

Toujours dans les titres qui sont des invitations aux voyages, à 16h30 le 29, Andrea Costanzo Martini présente Scarabeo, Angles and the Void.  Ce coléoptère noir, le scarabée,  luisant et trapu est aussi, dans l’Égypte ancienne, le symbole de la renaissance ou de la régénération. Ainsi, le chorégraphe italien traite le corps de l'interprète comme une matière purement physique plutôt qu’un générateur de sensations.

« La danse s’offre en un condensé d’émotions. Il est question de résistance, de déflagration mais aussi d’invisibilité, et toujours de communauté et de plaisir de la scène », poursuit Daniel Favier. A l’affiche, des artistes venus d’Australie en complicité avec Dance House de Melbourne : Lilian Steiner avec Memoir for Rivers and the Dictator le 27 septembre. Sa création est ressentie comme une expérience humaine où l'émotion et l'énergie des événements passés imprègnent les cellules entre dévastation et célébration, contrôle et soumission. Et James Batchelor, qui en réponse à une expédition de deux mois en mer afin d’étudier des volcans actifs dans l’océan, a imaginé un triptyque que composent Deepspace, Redschift (2017) et le 29 septembre, Hyperspace.

À méditer, le Noirblue d’Ana Pi, un travail très personnel étant donné qu’elle interprète sa pièce, en signe la chorégraphie, la dramaturgie, les costumes et objets. Á découvrir,  Etienne Rochefort avec Vestige #2 - Vestige #3 ; le brésilien Calixto Neto avec Oh ! rage puis Low Cost, le spectacle hybride entre danse, théâtre, performance et musique du français Raphaël Soleilhavoup.

Une mention spéciale au Québec avec la venue d’Andréane Leclerc avec Cherepaka, pour la première fois à Paris et le retour de Manuel Roque qui fut découvert dans le projet européen Migrant Bodies.

Enfin, la Catalogne en beauté avec Hand to hand de Roser López Espinosa et la clôture en jubilation avec Molar de Quim Bigas Bassart qui propose un voyage à travers un fichier d'images et de représentations sur la notion du bonheur. Un bonheur comme un état avec des normes établies de comportement le 29 à 17h30 sur le parvis de la Briqueterie.

« Grincheux, s’abstenir.  C’est désormais la carte de visite de la Briqueterie »,  termine Daniel Favier avec humour. Il est vrai qu’avec une telle affiche aussi éclectique, chacun y trouve son bonheur.

Sophie Lesort

Les Plateaux de la Briqueterie, du 26 au 29 septembre.

 

Catégories: 

Add new comment