21ème Concours chorégraphique des Synodales : Les résultats

Grâce au Concours Chorégraphique Contemporain Jeunes Compagnies, la ville de Sens occupe une place importante dans le paysage chorégraphique français. C'est au Théâtre de Sens, petite salle à l'italienne du XIXe siècle qui n'a rien perdu de son charme originel, que chaque année dix compagnies se disputent des prix qui ont atteint cette année un total de 9.700 € et plusieurs résidences.

Les Synodales coopèrent avec des festivals comme Cadences (Arcachon) et Entrez dans la danse (Paris) qui accueillent chaque année des compagnies ayant remporté un prix au concours. La Bergerie de Soffin choisit une compagnie en résidence, tout comme Dantzaz Kompainia implantée à Errenteria (Gipuzkoa), en Pays Basque espagnol.

Suite au décès de Jackie Burvingt, fondatrice des Synodales, c'est Bruno Bouché, danseur-chorégraphe à l'Opéra de Paris, qui assume aujourd'hui la direction artistique du concours organisé par Les Synodales, association présidé par Jean-Louis Péchinet.

Pour être présent au concours le 3 octobre, Bouché a par ailleurs interrompu son travail en tant que chorégraphe avec le ballet de l'Opéra national de Leipzig, en Allemagne pour une pièce de quarante minutes autour de la chanson française qui sera créée fin octobre.

Le Premier Prix est allé à la compagnie Kor'sia de Madrid pour un tableau de leur pièce Cul de sac, un trio entre danse et mime haut en suspense, aussi fort en technicité que dans la psychologie des personnages et le sens des relations et des situations, alors qu'avec leurs imperméables et leurs visages masqués, ils créent une part d'abstraction et de neutralité qui rend cette forme de théâtre chorégraphique parfaitement intemporel. Kor'sia remportent 4.000 € (Conseil Régional et Synodales) et seront invités à créer une nouvelle pièce à dévoiler l'année prochaine, le soir précédant la prochaine édition du concours.

Le Prix Dantza Biarritz (doté de 3.500 €) est allé à au duo L'Aveuglement de la compagnie Les Vikings (Sara Olmo/Victor Launay) qui a également obtenu le prix du public pour cet intense moment de véracité dans une relation de couple, riche en diversité technique et en métaphores chorégraphiques simples et justes créant une empathie immédiate. On sent chez eux que la danse découle d'une expérience de la vie finement analysée qui leur offre un grand potentiel créatif. La résidence à San Sebastian qui fait partie de  ce prix leur permettra de continuer la création sur cette lancée prometteuse.

Le 2ème Prix (Ville de Sens, 1.000 €) va à la compagnie Le Huit (Caroline Le Noane/Justin Collin) pour Brèves de vestiaire, duo chorégraphique qui n'a pas peur de toucher à l'acrobatie et au burlesque ni aux ambiances d'épouvante, dans un langage chorégraphique très accentué.

Le 3ème Prix (Conseil Départemental de l'Yonne, 700 €) va au trio AmnésiA de la compagnie éponyme, trio masculin d'une belle virtuosité dans le travail des bras qui peut rappeler la danse électro, et le 4ème Prix (500 €) à un autre duo autour du couple, Moi je… de la compagnie PelmelO.

Il est normal que les lauréats ne soient pas forcément les seuls à mériter plus que des mots chaleureux. Citons comme exemple d’un excellent travail non récompensé ce soir-là une compagnie grenobloise,  Aux Pieds Levés. Leur extrait de Comme une pierre dans un étang, l’une des rares pièces de groupe à concourir, a fait preuve d’originalité, de cohérence entre l’écriture et le style, montrant un grand potentiel chez cette jeune compagnie.

Thomas Hahn

http://lessynodales.com

Catégories: 

Add new comment