T comme Transfrontalier : Le projet commun du Malandain Ballet Biarritz et du Teatro Victoria de San Sebastián fête ses dix ans, du 19 au 21 octobre.

Pourquoi chorégraphiez-vous ? « Afin que Liza lise »

Pourquoi chorégraphiez-vous ? Me demander pourquoi je danse revient à me demander pourquoi je respire, c'est instinctif, nécessaire et vital, et surtout non réfléchi.

Pourquoi chorégraphiez-vous ? Sidi : J’aime la chorégraphie pour le rituel qu’elle suscite et qui consiste à se mettre tous ensemble pour voir un spectacle.

Qu’est-ce que la danse a changé pour vous ? Je pourrais répondre tout. Ce qui m’a fait bifurquer, c’est 1980 de Pina Bausch

Boris Charmatz est danseur, chorégraphe, directeur du Musée de la Danse, Centre Chorégraphique National de Rennes

Pourquoi "Chorégraphiez"-vous ? pour sauver le monde

Pourquoi dansez-vous/Chorégraphiez-vous ? C'est un besoin absolu comme boire ou dormir. Je ne peux pas vivre sans...

 

Qu'est-ce que la danse a changé dans votre vie ? Tout, elle a tout changé. C'est le point de départ et le point d'arrivée et entre les deux, il y a les mots.

Pages

Pourquoi chorégraphiez-vous ? « Afin que Liza lise »

Pourquoi chorégraphiez-vous ? Me demander pourquoi je danse revient à me demander pourquoi je respire, c'est instinctif, nécessaire et vital, et surtout non réfléchi.

Pourquoi chorégraphiez-vous ? Sidi : J’aime la chorégraphie pour le rituel qu’elle suscite et qui consiste à se mettre tous ensemble pour voir un spectacle.

Qu’est-ce que la danse a changé pour vous ? Je pourrais répondre tout. Ce qui m’a fait bifurquer, c’est 1980 de Pina Bausch

Boris Charmatz est danseur, chorégraphe, directeur du Musée de la Danse, Centre Chorégraphique National de Rennes

Pourquoi "Chorégraphiez"-vous ? pour sauver le monde

Pourquoi dansez-vous/Chorégraphiez-vous ? C'est un besoin absolu comme boire ou dormir. Je ne peux pas vivre sans...

 

Qu'est-ce que la danse a changé dans votre vie ? Tout, elle a tout changé. C'est le point de départ et le point d'arrivée et entre les deux, il y a les mots.

Pages