Tours d’Horizons : « De Concert »

Final savoureux pour le festival Tours d’Horizons qui proposait De Concert, qui réunissait au pianiste Thomas Besnard (celui qui officiait dans Lied Ballet) Christine Jouve, Michèle Noiret, Emmanuel Eggermont et Thomas Lebrun, pour une sorte d’event dans le Cloître de la Psalette qui borde la Cathédrale Saint-Gatien.

Éclairé, pour l’occasion, de lumignons, le long des élégantes galeries gothiques et de l’escalier renaissance, le public prenait place autour du jardin du cloître, un espace bien dessiné pour la danse avec ses lignes qui délimitent quatre triangles de gazon.

Les premières notes de piano font entendre la première des variations Goldberg de J.S. Bach, la musique se sufffit à elle seule, et son écoute pose le cadre de cet événement où elle est première. En effet, le principe est celui d’un duo où le pianiste joue des partitions fort diverses, de Bach à Ligeti, en passant par Schubert et Debussy et les danseurs tissent des compositions instantanées sur ces moments musicaux.

Christine Jouve est la première à prendre possession de cet espace qui respire la sérénité. Elle sera bientôt rejointe par les trois autres, chacun exposant d’abord un solo avant que les corps ne se répondent.

Ce moment privilégié, du crépuscule à la nuit, mettait en évidence dans sa simplicité, l’essence de la danse, à savoir son caractère unique et volatile, aussi prompt à disparaître que les notes qui se dissolvent dans l’air du soir.

Chacun des chorégraphes avait sa couleur comme chaque air sa nuance. Impondérabilité pour Christine Jouve, précision subtile et poétique de Michèle Noiret, gestuelle éffilée pour Emmanuel Eggermont et fluidité extrême pour Thomas Lebrun.

Les morceaux, soigneusement choisis par Thomas Besnard n’y étaient pas pour peu. Qu’il s’agisse de la Musica Ricercata de Ligeti, ou Des Pas sur la neige de Debussy, ou encore de petits bijoux pour piano de Schubert entre autres, portaient à la méditation et à une réflexion sur le temps… Ce pourquoi ont été construits les cloîtres, semble-t-il.

En tout cas, ce moment nous a été précieux.

Agnès Izrine

13 juin, dans le cadre du Festival Tours d'Horizons

Catégories: 

Add new comment