Séquence Danse #6, au Centquatre et au-delà

Le festival du Centquatre-Paris met les bouchées doubles pour un festin chorégraphique. Inclus: Une orgie Amala Dianor.

Pour sa nouvelle édition, Séquence Danse n’abandonne pas son fief le Centquatre-Paris avec sa Salle 400 etc. Mais les chemins de la coproduction veulent en cette année que Séquence Danse fasse beaucoup de rencontres, de La Villette à Tokyo, de Montmartre à Tremblay-en-France, de Rio de Janeiro à Saint-Ouen. On croisera donc sa programmation au Théâtre des Abbesses, au Musée de l’Histoire de l’Immigration, à l’Espace 1789, à l’Espace Pierre Cardin (Théâtre de la Ville) ou au Théâtre Louis-Aragon. Mais on reviendra toujours au Centquatre-Paris où se déroule la partie principale du festival qui propose une quinzaine de spectacles, tous formats confondus.

Trois artistes associés, six fois Dianor

L’une des raisons est que le Centquatre collectionne les artistes associés pour en afficher une jolie brochette, avec Lia Rodrigues, Amala Dianor et Olivier Dubois. Ce dernier vient avec son spectaculaire  Auguri [notre critique] et Amala Dianor, l’incontournable, avec une incroyable série de pièces (Quelque part au milieu de l’infini, Une, New School, Trait d’Union, Man Rec) et donc un petit festival Dianor dans le festival. Avec une intruse, et de taille: Il s’agit de Nach, qui élargit le domaine du krump, avec son remarquable solo Cellule [notre critique], en première partie de Quelque part au milieu de l’infini, un soir à l’Espace 1789 [notre critique].

Trois surprises majeures

L’idée la plus inattendue de cette Séquence Danse est de toute évidence celle de Maguy Marin et Lia Rodrigues qui aboutit à une transmission de May B aux jeunes danseurs de l’Ecole libre de danse de Maré à Rio. Inattendue pour nous, mais tant attendue par Maguy et Lia, ancienne interprète de May B! Rodrigues veut maintenant transmettre cette expérience qu’elle qualifie de fondamentale, à ses élèves, grâce à sa belle complicité avec l’autrice de la pièce. Comment ces jeunes d’aujourd’hui, vivant dans une favela de Rio, vont-ils détourner l’aventure de leur professeure, venue vivre et travailler en France, à une époque si différente de la leur ?

Très rarement en France, et pourtant si important pour la danse en son pays est Omar Rajeh, le Libanais. Avec sa compagnie, Maqamat Dance Theatre, il a construit une scène de danse contemporaine à Beyrouth avec une volonté et une générosité impressionnante. C’est cet esprit d’accueil qui préside à son spectacle Beytna qui se construit autour d’un repas, cuisiné en live par sa propre mère, et partagé avec les spectateurs.

Plus encore: Seront présentes quelques vedettes de la danse internationale. Guess who’s coming to dinner: Attendez par exemple Koen Augustijnen. Le Belge, issu des Ballets C. de la B. sera au festival également pour présenter (B), la très singulière rencontre de danseurs hip hop et boxeurs professionnels une première sur un plateau de danse.

Trois festivals rencontrés sur le chemin

Si (B) sera présenté en partenariat avec le festival 100% de (et à) La Villette, Séquence Danse est allé voir au festival Concordan(s)e, d’où arrivent Raphaëlle Delaunay et l’écrivain Sylvain Prudhomme dans leur duo It’s a match [notre interview]. Et de la manifestation Le Sujet à Vif au Festival d’Avignon on retrouvera  Connais-moi toi-même, le duo de Dominique Boivin avec la musicienne et chanteuse Claire Diterzi. Il faut bien sûr aussi signaler la venue de Salia Sanou avec Du désir d’horizons [notre critique] et celle de Christian Rizzo avec Le Syndrome Ian qui illumine l’affiche du festival [notre critique].

Trois Paris-Tokyo

Le Tandem Paris-Tokyo, une série d’événements culturels présentés conjointement par les Mairies de Paris et de Tokyo, met à l’honneur Kaori Ito et Pierre Rigal, par deux fois l’un et l’autre. D’abord dans Plexus, le très intrigant solo [notre critique] cousu sur mesure pour elle par Aurélien Bory.

Ensuite avec Robot, l’amour éternel, la nouvelle création d’Ito qui interroge la frontière entre l’animé et l’inanimé à travers les thèmes intemporels de la solitude et de la mort. Voilà qui résonne avec la thématique choisie pour le Tandem Paris-Tokyo: Comment la modernité réinvente la tradition.

Et Rigal de rebondir sur ces mêmes questions, mais de façon drolatique, dans Même, une pièce pour neuf interprètes, dont lui-même. Où toute chose se produit deux fois ou plus, comme par clonage chorégraphique. Juste une autre façon de semer un trouble sur le devenir de notre espèce?

Thomas Hahn

Séquence Danse #6 : Du 13 mars au 14 avril 2018
http://www.104.fr/fiche-evenement/sequence-danse-paris-2018.html

Catégories: 

Add new comment