« Outrenoir » de François Veyrunes

Le premier volet de la trilogie Humain, trop Humain.

C’est dans la salle comble de L’heure Bleue située à Saint-Martin-d’Hères dans la proche banlieue de Grenoble, que le chorégraphe François Veyrunes a présenté sa création Outrenoir, le premier volet de sa trilogie,  Humain, trop Humain.

En fond de plateau, deux grands écrans sur lesquels est projeté tout le long de la pièce un ciel bleu parsemé de nuages plus ou moins menaçants qui se transforment suivant la vitesse du vent. Outrenoir débute sur la voix du contre-ténor Andreas Scholl alors que les cinq danseurs évoluent extrêmement lentement et légèrement comme s’ils étaient en apesanteur. Cette corrélation entre ce ciel et la danse composée de portés difficiles à réaliser ainsi que des équilibres très techniques interroge sur les oppositions physiques.

Ensuite, sur des musiques et des sonorités différentes qui oscillent entre mélodies célestes, jazz et essentiellement des respirations étranges comparables à celles des plongeurs en bouteilles ou d’humains installés dans des modules qui tournent autour de la terre, les trois filles et les deux garçons poursuivent, sur un tempo plus serré, leurs explorations du corps et de l’univers par le biais de postures raffinées et périlleuses.

Galerie photo © Guy Delahaye

La progression dramaturgique est évoquée par le souffle qui devient plus puissant et de plus en plus oppressant alors que la géométrie variable des corps poursuit son déploiement grâce à des gestuelles jamais symétriques. 

François Veyrunes prouve à quel point son écriture chorégraphique est scrupuleusement pensée. Avec minutie, il ose la recherche d’une autre gravité pour proposer des figures artistiques et complexes à réaliser sans jamais la perception de la moindre impulsion ni d’un retour au sol trop rapide.

Pour réaliser un tel exploit, il fallait des interprètes de haut niveau. Nicolas Garsault, Chandra Grangean, Sophie Lèbre, Sébastien Leidig et Francesca Ziviani sont admirables de précision.

S’inspirant du « noir lumière » de Pierre Soulages afin d’engendrer une ambiance sombre et singulière, François Veyrunes met en exergue une esthétique du mouvement dansé et signe ainsi une pièce étonnante de beauté qui fait réfléchir sur la nature humaine.

Sophie Lesort

Spectacle vu le 10 octobre 2019 à L’heure Bleue, à Saint-Martin-d’Hères (38)

Outrenoir, chorégraphie de  François Veyrunes

Dramaturge et assistante à la chorégraphie : Christel Brink Przygodda

Créée avec et interprétée par : Nicolas Garsault, Chandra Grangean, Sophie Lèbre, Sébastien Leidig, Francesca Ziviani
Plasticien et direction technique : Philippe Veyrunes
Univers sonore : François Veyrunes, François Baron
Régisseur son : François Baron

En tournée : le 18 octobre au THV à Saint-Barthélemy-D’anjou
31 mars 2020 Château Rouge à Annemasse
7 avril Lux à Valence
16 et 17 avril Bonlieu, Annecy
12 et 13 juin Théâtre(s) de Grenoble

Catégories: 

Add new comment