« Maguy Marin, l’Urgence d’Agir »

Maguy Marin, l’Urgence d’Agir est le premier film de cinéma consacré au parcours de l’une des plus grandes chorégraphes de notre temps.

Réalisé par David Mambouch, son fils, baigné depuis son plus jeune âge dans la vie de la compagnie, le film a pour point de départ et pour fil rouge May B., pièce emblématique créée en 1981 ainsi que la musique de Schubert, que Maguy avoue aimer particulièrement. Inspirée par l’œuvre de Samuel Beckett, May B., lors de sa création, bouleverse tout ce que l’on savait de la danse, mais surtout, cette pièce qui a donné lieu à plus de 700 représentations dans le monde entier, est une sorte de signature de la compagnie, ou un rite initiatique : chaque nouveau danseur se devant de l’apprendre quand il entre dans la compagnie… et ce depuis plus de trente-cinq ans !

Maguy Marin, l’Urgence d’agir, est donc avant tout un film sur la transmission. En transmettant aujourd’hui May B à de jeunes danseurs, la chorégraphe et ses compagnons de route, qui prennent la parole dans ce film, réaffirment la nécessité de donner aux plus jeunes et aux plus précaires les outils artistiques et humains de leur autonomie et de leur liberté.  C’est pourquoi, dans le film, on voit Maguy Marin apprendre la pièce aux étudiants de l’école de danse que Lia Rodrigues, qui interpréta May B  à sa création, a créée dans la favela de Maré près de Rio de Janeiro. « Les répétitions ont été filmées dans ce lieu où l’art et l’apprentissage côtoient quotidiennement la violence et la mort, raconte David Mambouch. Là encore, il est finalement question de courage, de résistance, d’espoir. Dans le mouvement indifférent de nos sociétés, j’ai souhaité planter un pied de caméra, immortaliser ces instants de transmission et montrer ainsi, peut- être, que la mémoire, comme l’art, est affaire d’éternité ».

La danse devient une véritable pensée politique en mouvement. Malgré la précarité de la vie humaine, elle nous rappelle que nous avons le pouvoir d’agir sur le réel, et combien chaque existence est précieuse. Aujourd’hui plus que jamais, Maguy Marin en appelle à la priorité de s’occuper des enfants, de transmettre. Mais ce qui se transmet ici va bien au-delà de la seule partition chorégraphique : se mettre au travail et pratiquer ensemble entraîne un échange dynamique où le partage, la rigueur, l’exigence, la patience, l’attention, mais aussi l’humilité, la dignité et l’intégrité, sont autant de valeurs sensiblement traversées. Les plus anciens danseurs témoignent de leur vie dans la compagnie et mettent ainsi en lumière, de façon singulière, les processus du travail de création.

A travers May B., mais aussi les autres œuvres de Maguy Marin, notamment Umwelt, Ha Ha, et des pièces plus anciennes comme La Jeune fille et la mort, Cendrillon, Cortex ou Eh qu’est-ce que ça me fait à moi ?, qui ont pour point commun de mettre en scène, à chaque fois différemment, les relations de pouvoir et leurs répercussions répressives, on découvre également la vie de la chorégraphe, cette fille de réfugiés espagnols née à Toulouse, sans complaisance envers elle-même, qui lui fait quitter en 2011 le confort d’un centre chorégraphique national pour que sa compagnie redevienne indépendante. Élève de Mudra, puis danseuse au ballet du XXe Siècle de Maurice Béjart, son travail porte autant sur le sens de l’œuvre que sur le geste qui l’exprime.

Sa recherche a toujours été dans le sens d’un théâtre gestuel total qui combine toutes les expressions scéniques. Artiste engagée, elle va jusqu’au bout de ses convictions. Après avoir dirigé le Centre Chorégraphique de Créteil pendant 15 ans, elle l’abandonne pour un quartier difficile de la banlieue lyonnaise, Rillieux-la-Pape, afin de rapprocher l’art et l’artiste de son public et dénoncer sans relâche le totalitarisme larvé avec intelligence, la consommation effrénée, et rappelle de pièce en pièce l’urgence de se battre et de continuer.

 

Aujourd’hui installée à RAMDAM, UN CENTRE D’ART depuis 2012 son parcours et celui de sa compagnie formulent des réponses exemplaires à des interrogations universelles et plus que jamais actuelles.

C’est tout cela le film de David Mambouch, très intelligemment réalisé, Maguy Marin l’urgence d’agir tisse la vie et l’œuvre de cette chorégraphe essentielle d’un même mouvement.

Agnès Izrine

 

Maguy Marin l’Urgence d’agir, un film de David Mambouch. Sortie le 6 mars en salles de cinéma,  Océan Distribution.

En coproduction avec AUVERGNE-RHÔNE-ALPES CINÉMA, avec la participation de LA RÉGION AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

Avec la participation de LA FONDATION D’ENTREPRISE HERMÈS et du THÉÂTRE DE LA VILLE – PARIS.

 Avec le soutien du CENTRE NATIONAL DU CINÉMA ET DE L’IMAGE ANIMÉE et du MINISTÈRE DE LA CULTURE / DIRECTION GÉNÉRALE DE LA CRÉATION ARTISTIQUE

 

Catégories: 

Add new comment