Le festival FranceDance UK

L’atmosphère grave contrastait avec le charme du lieu -résidence de l’ambassadeur de Grande-Bretagne- et le caractère officiel de la manifestation, peu propice aux épanchements personnels. 

Mais, le 26 septembre, cette présentation du festival FranceDance UK ne pouvait se démarquer de la situation politique outre-manche et, en présentant cette importante manifestation de danse contemporaine française organisée pour la première fois outre-manche, chaque intervenant ne pouvait s’empêcher d’évoquer le Brexit. Depuis la lettre d’amour à la danse française d’Alistair Spalding, l’emblématique directeur artistique du Sadler’s Wells de Londres, au plaidoyer de Claudine Ripert-Landler, Directrice et conseillère culturelle à l’ambassade du Royaume-Uni en France, en passant par Bob Lewis qui s’en référa aux Vestris (père et fils), tous les intervenants y sont allés de leur protestation d’affection mutuelle et de la promesse d’indéfectibles relations. Drôle de climat, donc, pour une manifestation qui, dans son dispositif, reprend une formule que l’Institut Français, à l’initiative de l’opération, applique à la promotion de la danse française depuis 2002 et un FranceMove new-yorkais qui avait fait date et modèle…

Pour cette fois, et depuis le 8 août et jusqu’au 12 novembre, 14 compagnies et artistes français présentent leurs œuvres dans 16 festivals et théâtres de 9 villes britanniques. Un total de 50 représentations, auxquelles s’ajoutent les habituels stages, masters-class et actions de terrain et une brochette des divers talents en vue de la danse hexagonale : Serge Aimé Coulibaly et François Chaignaud, lesquels ont déjà présenté leurs œuvres, mais encore Josette Baïz, Jennifer Lacey, Emanuel Gat, Thomas Lebrun, Chloé Moglia, Dorothée Munyaneza, Ousmane Sy, le Collectif (La)Horde, Angelin Preljocaj, Amala Dianor, Clémentine Vanlerberghe, Giselle Vienne…

Un éclectisme certain qui tient au dispositif : si l’Institut a proposé, ce sont surtout les relations tissées avec les programmateurs et directeurs à l’occasion de trois grands rendez-vous qui se sont échelonnés jusqu’en septembre 2018 qui ont permis d’établir ce programme qui assure une visibilité certaine à la danse française. Le budget de l’opération tourne autour du million d’euros, dont 12% de financements privés (entendre mécénat) et, avec l’annonce d’une année croisée France-Royaume-Uni en 2024, les échanges devraient se poursuivre.

A moins, bien sûr que le Brexit…

Philippe Verrièle

Toutes les informations
 

François Chaignaud : 22 août 2019 - Royal Festival Hall, Southbank Centre
Ballet Preljocaj  : 30 sept-2 oct 2019  -Sadler’s Wells, Londres
Gisèle Vienne : 8-9 oct 2019 - Dance Umbrella – Sadler’s Wells, Londres
Jennifer Lacey : 9-12 oct 2019  - Nottdance Festival – Nottingham Contemporary
Ousmane Sy : 11-12 oct 2019 - Sadler’s Wells, Londres (Danse élargie)
Clémentine Vanlerberghe et Fabritia D'Intino : 11-12 oct 2019  - Sadler’s Wells, Londres (Danse élargie)
Dorothée Munyaneza : 11-12 oct 2019 - In Between Time – Circomedia, Bristol
Gisèle Vienne : 16 oct 2019 - Dance International Glasgow – Tramway
Chloé Moglia :19-20 oct 2019 -Festival international des arts de Belfast
Emanuel Gat Dance :
Josette Baïz (Grenade) : 23-24 oct 2019 - Birmingham Hippodrome Birmingham Hippodrome
Amala Dianor : 24-26 oct 2019 - Dance Umbrella – Linbury Theatre, ROH Londres
Thomas Lebrun : 24-26 oct 2019 - The Coronet Theatre, Londres
(La) Horde : 11-12 oct 2019 - Sadler’s Wells, Londres (Danse élargie)
25-26 oct 2019 - Festival international des arts de Belfast
Serge Aimé Coulibaly : 8-11 août 2019 - Festival international d’Édimbourg, The Lyceum
4-5 nov 2019 - Brighton Dome, Brighton
8-9 nov 2019 - The Lowry, Salford
Emanuel Gat Dance : 22-24 oct 2019 - Birmingham Hippodrome Birmingham
25-26 oct 2019 - Dance International Glasgow – Tramway
9 nov 2019 -The Lowry, Salford
11-12 nov 2019 - Sadler’s Wells, Londres
 

 

Catégories: 

Add new comment