« Via Kanana » Via Katlehong / Gregory Maqoma

Après la création à la Maison de la danse de Lyon, les Via Katlehong débarquent à La Grande Halle de La Villette.  Dans un cocktail sud-africain survolté et révolté ils reviennent aux origines du pantsula, danse populaire de contestation, chorégraphiée par Gregory Maqoma.

La compagnie Via Katlehong, menée par Buru Mohlabane, Vusi Mdoyi et Steven Faleni, tire son nom du township de Katlehong, un de ces quartiers déshérités où est née la culture pantsula, influencée par les cultures urbaines et les claquettes américaines. Gregory Maqoma, né à Johannesburg, est un danseur et chorégraphe contemporain très repéré internationalement (il a collaboré avec Akram Khan et Sidi Larbi Cherkaoui), et très engagé dans la vie culturelle de son pays. Ensemble, ils ont créé  Via Kanana, en référence à Canaan ou la Terre promise.

Bien sûr, il s’agit des promesses post-appartheid, qui n’ont jamais été tenues par les dirigeants politiques. À cause, notamment, de la corruption, sujet central de cette création. « Avec Buru Mohlabane nous avons d’abord pensé intituler la pièce « Kanana », qu’on peut librement traduire par Canaan (la terre promise), explique Gregory Maqoma. En langue sotho, « Kanana » évoque une terre sans corruption ni avidité, qui a été promise mais dont la promesse n’a pas été tenue. Puis, nous avons choisi « Via Kanana », à la fois pour rappeler le nom de Via Katlehong et pour suggérer le détachement de cette terre soi-disant promise, nous mettant ainsi à la recherche de la véritable promesse. »

Galerie Photo : Christian Ganet

Devant un écran vidéo qui fait apparaître des textes ou des paysages sud-africains, les danseurs se démultiplient en autant d’ombres chinoises, fantômes menaçants, voix d’un peuple invisible, ou spectres d’un passé douloureux. La chorégraphie d’abord compacte, rassemble le groupe de huit danseurs dans un espace restreint, au centre du plateau, dans lequel chacun tente de prendre le leadership. Avec une efficacité redoutable, la chorégraphie charge les corps d’une attaque politique en règle. Et de ce fait, évitent de trop souligner le propos.

Galerie photo : Christian Ganet

Mais c’est la vitesse démoniaque du jeu de jambes et de pieds de la danse pantsula qui emporte le tout sur un rythme d’enfer. Chants traditionnels, projections, racontent les espoirs et désespoirs d’un peuple, tandis que sur l’écran s’affiche « reshuffle » (remaniement).  Alternant les scènes et les musiques, de l’électro à la house en passant par des sonorités toutes africaines, les interprètes expriment la révolte dans une danse minimale ou s’éclatent dans des sauts ébouriffants. Avec leurs frappes de main qui épousent tout le corps, ils nous racontent leur histoire à coup de rythmes et de pulsations. Ces différents tableaux évoquent toutes les formes de corruption, de la domination intime à la séduction générale, de la manipulation à la soumission brutale. L’ensemble est d’une vitalité et d’un dynamisme étourdissant. La pièce devait s’appeler Survivant et en porte la trace. Même si ce titre était réducteur pour Maqoma : il ne portait pas en avant, selon lui, les espoirs de toute une jeunesse « pour l’avènement d’une démocratie plus satisfaisante ».

Agnès Izrine

Création le 10 novembre à la Maison de la Danse de Lyon.

Grande Halle de La Villette. Du 6 au 9 décembre à 20h00. Durée : 1h10.

En tournée: le 12 décembre au Théâtre Paul Eluard de Bezons, le 15 décembre 2017, au Grand Angle à Voiron, le 19 décembre 2017 à l’Onyx de Saint-Herblain, les 12 et 13 janvier 2018, au Manège à Reims le 16 janvier 2018, au Manège à Maubeuge, le 23 janvier, à l’Espace des arts, Scène nationale de Chalon-Sur-Saône, les 26 et 27 janvier au Théâtre de Liège, les 30 et 31 janvier à l’Espace Malraux de Chambéry, les 2 et 3 février à la  Maison de la musique, à Nanterre, le 6 février au Scènes du Jura à Lons le Saunier.

Catégories: 

Add new comment