« Instantanés #1 » de Christian Ben Aïm

Anne-Flore de Rochambeau s’est produite en solo sous un soleil d’été dans la belle cour pavée de l’Hôtel de Sully. A (re)voir le 24 septembre à Micadanses dans le cadre de Bien Fait !.

Dans la famille Ben Aïm, je voudrais le frère. Lequel ? Christian, l’auteur de la variation Instantanés #1 écrite sur mesure pour la danseuse contemporaine Anne-Flore de Rochambeau. Malgré la propension – assez partagée, par les temps qui courent – à vouloir représenter au lieu de se contenter de présenter, malgré sa considérable durée, le solo, parfaitement structuré, maintient vive l’attention du public. Y compris, le plus jeune, dont les réactions ont émaillé et égayé le déroulé. Les « Qu’est-ce qu’elle fait avec ses bras, la dame ? » et autres « Qu’est-ce qu’elle a ? » indiquant l’intérêt porté dès l’enfance à la gestuelle et au dolorisme qu’elle exprime.

Trois parties clairement définies et musicalement illustrées ont permis d’introduire le mouvement, de développer l’argument et de conclure l’affaire. En un premier temps, sur une boucle sonore « tribale » due, c’est probable, à Electric Pow Wow Drum, la soliste a fait du sur-place, se déhanchant sensuellement à la manière des danseuses de cabaret ou de celles du mouvement « New Burlesque » tout en gardant son quant-à-soi et son épais blouson en waxy anthracite sur sa minirobe sombre d’orpheline. Le geste bissé, la percussion tellurique, le look rebelle de l’anti-ballerine contrastent avec la gracilité de la silhouette.

Galerie photo © Nicolas Villodre

Le deuxième temps de la valse constitue le corps de la danse, celui, précisément où l’interprète se dévoile en partie à nos yeux, joignant le geste au signifié, laissant tomber la veste sinon le masque. La composition « New Age » d’Indrė Kuliešitė, The Song of the Butterfly, accompagne la longue séquence auto-réflexive. La guitare acoustique succède puis se joint au sitar indien ; une mélopée féminine fait écho, se mixe aux instruments, invite à la méditation, autrement dit, à l’antithèse du mouvement. La série gestuelle passe de la déambulation à la marche rapide, de la volte à une velléité d’équilibre, de l’ampleur effrénée au flottement somnambulique. Et le regard perdu de l’interprète qui va avec...

Avant de retomber sur ses pieds, Anne-Flore de Rochambeau nous gratifie d’un passage en silence qui, du coup, se charge d’intensité. Après l’esquisse de génuflexions au cours de la seconde partie, elle s’allonge à même le granit. Debout, elle hésite, se dandine, danse pour elle-même. Le public venu en nombre lui réserve une ovation.

Nicolas Villodre

Spectacle vu le 8 septembre 2018 à l'Hôtel de Sully - Paris

Lundi 24 septembre à 20h à micadanses dans le cadre de Bien Fait !

Dates de tournée :

8 sept.18 / 17h30 et 19h Festival Traversées du Marais, Monuments en mouvement #4, Hôtel de Sully,Paris 1
5 sept.18 / 20h Auditorium Jean Moulin, Le Thor
24 sept.18 / 20h Festival Bien Faits ! Micadanses, Paris 
29 nov.18 / 20h Théâtre Macouria, Rencontres Danses métisses, CDCN Touka Danse, Cayenne
1er déc.18 / 20h, EPCC Cayenne, Rencontres Danses métisses, CDCN Touka Danse, Cayenne
29 jan.19 / Scène nationale Aubusson / Soirée partagée avec Ô mon frère ! + [création] INSTANTANÉS #2 Léa Lansade
31 jan.19 / 20h30 Centre des Bords de Marne du Perreux-sur-Marne / Soirée partagée avec Ô mon frère ! + [version live] INSTANTANÉS #2 Léa Lansade
9 fév.19 / 20h30 ECAM, Théâtre du Kremlin Bicêtre / Soirée partagée avec Ô mon frère 
14 fév.19 / 20h30 Théâtre de Thouars / Soirée partagée avec Ô mon frère + INSTANTANÉS #2

Catégories: 

Add new comment