Festival « Bien Fait ! » à Micadanses

Beaucoup de découvertes en vue, dans les studios de Micadanses. Créations, premières pièces et même des bêtes de scène avérées.

Dans le paysage de la danse parisien, Micadanses est un pilier indispensable pour le renouvellement des propositions chorégraphiques. Christophe Martin et son équipe accompagnent des chorégraphes émergeants par des résidences et multiplient les occasions permettant de nouvelles créations ou des travaux en cours.

En pleine préparation de la vingtième édition de Faits d’Hiver, Christophe Martin lance la deuxième édition de Bien Fait ! On sait par ailleurs que la composition chorégraphique est l’une des qualités qui lui tiennent à cœur et qu’il entend promouvoir dans le paysage de la danse.

Aussi Bien Fait ! #2 se construit autour de deux programmes autour de « Composition/Répétition ». Ce sont d’une part, Arno Schuitemaker (déjà bien repéré comme relève néerlandaise) et Simonne Rizzo, tous les deux primés au concours (Re)connaissance. [lire notre critique].

S’y ajoute Yoann Hourcade avec Supernova, quatuor dansé qui sera créé au festival. Hourcade illustre bien l’importance de Micadanses pour les jeunes chorégraphes, ayant dansé dans des créations de Didier Théron, Tatiana Julien et bien d’autres. Supernova est coproduit par Micadanses, le Théâtre Paul Eluard de Bezons et Point Ephémère.

Louis Barreau, compositeur autant que chorégraphe, s’intéresse lui aussi aux structures répétitives et leur déclinaison à travers le temps. Dans Klisis Kliseis, il s’inspire des « allers et retours infinis de l’océan sur le sable » et des « vagues toujours les mêmes mais toujours changeantes ».

Rapahël Soleilhavoup a, quant à lui, dansé pour Odile Duboc, Karine Saporta, Daniel Dobbels, Michel Kelemenis et bien d’autres. Low Cost est sa troisième création, et il y interroge les possibilités matérielles offertes aujourd’hui aux chorégraphes, interrogeant, facétieusement, la logique du low cost qui sévit dans la création artistique mais aussi dans tant d’autres domaines de la vie économique et sociale.

Capucine Goust a été interprète chez Olivier Dubois, Kader Attou, Karine Saporta, Joëlle Bouvier... Avec Tselem, elle présente sa première pièce, un solo, où il est question de deuil et de reconstruction de soi.

A cette force de la jeunesse, Christophe Martin lance un clin d’œil en clôturant Bien Fait! par une soirée « oldies but goldies », où sept interprètes, tous masculins, de Jean Gaudin à Louis Ayet, se présentent comme Bêtes de scène, dans une pièce éponyme orchestrée par Jean-Christophe Bleton. Mais, comme le remarque Christophe Martin, « l’enjeu de la durée des interprètes est tout à fait actuel. » Entre jeunes pousses et vieux troncs, Micadanses s’emploie à faire en sorte que la sève continue de couler.

Thomas Hahn

Bien Fait ! 2e édition, du 17 au 28 septembre 2017

Micadanses

Image de preview - Bêtes de scène © Laurent Paillier

 

Catégories: 

Add new comment