« Facéties » de Christian et François Ben Aïm

Le burlesque, la dérision et l’absurde ...

Face à un public très réduit composé de professionnels masqués et espacés, un filage deFacéties des frères Ben Aïm s’est déroulé le 12 janvier au Théâtre-Scène Nationale de Mâcon. Aujourd’hui, il est malheureusement impossible de savoir quand cette pièce tellement réussie et drôle prendra vie devant une salle pleine de spectateurs. 

Fait rare, Christian et François Ben Aîm montent sur scène pour présenter leur création. Mais rapidement, ils nous embarquent très sérieusement dans un jeu de mots irrésistible où l’absurde semble côtoyer Freud et où l’humour serait synonyme de Nietzsche… Un excellent prologue où François déclare « l’humour, ça m’angoisse » alors que l’ouvrage est, parait-il, axé sur ce thème. 

Cette fausse piste déroutante laisse place aux six danseurs, dont deux femmes, qui ne vont cesser de casser les codes de la danse par le biais de mouvements tous plus déstabilisants les uns que les autres. 

Leurs corps sont continuellement sollicités d’une façon totalement improbable. Des équilibres qui déplacent les centres de gravité, des déhanchements du bassin alors que  les bras semblent ne pas appartenir à la même personne, des chutes sauvées in-extremis….

Ce nouveau langage chorégraphique presque animal et proche de la pantomime délivre une pléiade de situations burlesques et absurdes propres aux rois du muet comme Chaplin, Méliès, les Marx Brothers…. 

Galerie photo © Patrick Berger

D’ailleurs, entre les costumes à paillettes, la scène où le projecteur de poursuite bouge fébrilement sans arriver à cerner la ligne des interprètes, les passages très rapides de cours à jardin comme pour poursuivre ou fuir quelqu’un, tout est formidablement pensé sans une once de laisser aller. 

Bien que ce thème soit inattendu de la part des frères Ben Aïm, on retrouve leur écriture chorégraphique avec une danse exquise continuellement présente. 

La profusion d’idées incongrues se déroule dans un rythme très soutenu et l’Interprétation fantasque des danseurs est exceptionnelle car ils ne se contentent pas de faire, mais d‘être ces personnages indisciplinés plein de fantaisies.

Alors que le spectacle vivant demeure depuis presque un an dans un flou total, Facéties est un élan vital débordant d’humour. Cette formidable parodie de l’absurde, du burlesque et de la dérision s’apparente à une immense bouffée d’oxygène.  

Sophie Lesort

Répétition vue le 12 janvier à la scène nationale de Mâcon

Lire également notre entretien

Facéties 

Chorégraphie : Christian et François Ben Aïm
Interprétation ; Christian Ben Aïm, Johan Bichot, Chiara Corbetta, Thibaut Eiferman, Marie Lévénez, Emilio Urbina
Collaboration dramaturgique : Véronique Sternberg
Composition musicale : Nicolas Deutsch
Scénographie : Camille Duchemin
Création lumière : Laurent Patissier
Costumes : Maud Heintz

En tournée suivant l’évolution de la pandémie 

25-26 janvier - Théâtre de Châtillon (92) dans le cadre du Festival Faits d’hiver, Micadanses – reporté 
2 février - Théâtre Chevilly–Larue André Malraux (94) – reporté 
4 février - Centre des bords de Marne, Le Perreux-sur-Marne (94) – reporté
9 février - Escher Theater (Luxembourg)
12 février - Le Trident, Scène nationale de Cherbourg-en-Cotentin (50)
7 mars - Théâtre des Bergeries à Noisy-le-sec (93)
18 novembre - L’Odyssée, Scène conventionnée de Périgueux (24) – option

Interview des frères Ben Aïm : 

Catégories: 

Add new comment