Fabrice Lambert : « Aujourd’hui sauvage »

Malgré son titre un peu performatif, en forme d’agenda, Aujourd’hui sauvage, comme demain policé, la création de Fabrice Lambert s’attache plutôt à nous plonger dans une sorte de va et vient entre intimité et extériorité. Les interprètes débordant même le cadre de scène pour prendre l’air de la salle et la température du public.

Galerie photo : Laurent Philippe.

Les sept « sauvages » ne le sont pas tant, même si parfois ils sont enfermés dans une légère cage de tissu translucide. A la fois très physique et très « sensationnelle », la pièce, illuminée par Philippe Gladieux joue des clairs-obscurs et des passages de l’ombre à la lumière. Dans ces alternances, le corps se voile ou se dévoile, et les danseurs mêlent leur propre impulsion au flot de la chorégraphie. S’il n’y a ni dents aiguisées, ni griffes acérées, il y a une sorte de chaos, de désordre irrépressible, qui ne peut se calmer qu’au sein de cette envoloppe matricielle, bercé aux sons de la musique de Marek Havlicek, tandis que la sauvagerie se déchaîne sous les coups du  « percutiste » Benjamin Colin, qui sature l’espace d’heurts et d’impacts. 

Galerie photo : Laurent Philippe.

Au fond, ce que veut nous montrer Fabrice Lambert avec ses souffles de gaze, c’est un monde autour de nous dont la réalité se dissout. Peut-être tout cela n’existe-t-il pas ? Peut-être sous cette machine des apparences il y a en réalité vacance, absence ? Quand ce dispositif irisé se soulève, les interprètes s’incarnent, chair et os bien visibles, sauts enlevés, bras levés, mais aussi sentiment d’urgence qui tord d’un coup les torses et impatiente les jambes.

Galerie photo : Laurent Philippe.

Les mouvements surgissent en pleine liberté, les gestes sont portés à incandescence ou dans l’éther, tout en phrases suspensives, les membres qui flottent dans l’air. La scénographie de Sallahdyn Kahtir est somptueuse avec ses fragiles membranes colorées, sa lumière qui se met à danser et nous fait vaciller.

On retrouve à travers elle, la grotte de Jamais assez et cette forme d’éternité comme nouvelle ressource d’évasion, mais aussi l’ombre portée sur notre avenir incertain, comme un impénétrable tain que ne pourrait franchir la clarté d’  « Aujourd’hui ».

Agnès Izrine

Le 19 septembre 2018, Biennale de la Danse de Lyon, Le Toboggan Décines.

En tournée

17 décembre 2018 : Théâtre Paul Eluard (TPE), scène conventionnée, Bezons
19 janvier 2019 : Maison de la Musique de Nanterre
6, 7, 8, 9 février 2019 : Centre Pompidou, Paris avec le Théâtre de la Ville Hors-les-Murs et le festival Faits d'Hiver
15 février 2019 : Théâtre Molière-Sète, scène nationale archipel de Thau
7 mars 2019 : CCM, Limoges
29 mars 2019 : Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines
13 avril 2019 : Théâtre des 2 Rives de Charenton-le-Pont dans le cadre de la Biennale du Val-de-Marne

Distribution

Chorégraphie Fabrice Lambert
Compagnie L’Expérience Harmaat
Assistante à la chorégraphie Hanna Hedman
Danseurs Aina Alegre, Jérôme Andrieu, Mathieu Burner, Vincent Delétang, Corinne Garcia, Hanna Hedman, Yannick Hugron
Musicien Benjamin Colin
Musique Marek Havlicek et Benjamin Colin 
Scénographie et création costumes Sallahdyn Khatir 
Création lumières Philippe Gladieux

Catégories: 

Add new comment