Exposition « Rodin et la danse » au Musée Rodin

C’est par la danse que Rodin entra au XXe siècle, et donc en modernité: Rodin, la danse et les femmes…

« Que le corps parle plus que les mots ! » L’exclamation de Rodin sert de prélude à la première exposition du Musée Rodin explicitement consacrée à la danse. Rodin et la danse  documente l’intérêt du sculpteur et dessinateur pour le geste dansé, et aussi pour les vedettes de la danse de l’époque, sur le pas d’un art qui était à l’époque en pleine mutation et porteur de promesses de modernité.  

Rodin assiste à de nombreux spectacles de danse et on peut admirer, en fin d’exposition, les cartons d’invitations nominatifs envoyés, entre autres, par Loïe Fuller et Isadora  Duncan. Tout témoigne ici de l’intérêt de Rodin pour la danse.

Parmi les œuvres les plus anciennes de l’exposition, on trouve des dessins des années 1880, montrant des danses en ronde ou en groupe et la danse macabre. L’inspiration vient de rites religieux, de rondes ou de Bacchanales représentées dans l’art de l’antiquité. En 1896, il dessine une femme dansant la Bourrée, mais ne lui accorde, en matière de gestes chorégraphiques, qu’un pied en dehors et un vague mouvement du bras opposé.

La position de la femme

La danse incarnait la modernité artistique, un champ de recherche nouveau et émancipatoire, où les femmes s’expriment et inventent. La danse leur accorda la notoriété et la reconnaissance que le monde - et surtout le marché - de la sculpture, plus institutionnel et conservateur, continua de leur refuser.

La parcours commence donc par une évocation de celles qui ont compté pour Rodin: Loïe Fuller, Isadora Duncan, l’Espagnole Carmen Demedoz dont on se souvient aujourd’hui surtout parce qu’elle fut une pionnière de l’aviation, et Alda Moreno, danseuse de cabaret et acrobate (mais en vérité Noémie Chevassier et donc bien Française). D’Asie venaient l’actrice et danseuse Ôta Hisa, dite Hanako et la troupe du Ballet Royal du Cambodge, se produisant à Paris en juillet 1906. Et puis, un homme : Vaslav Nijinski. Rodin assiste, en 1912, à la première de l’Après-midi d’un faune, qui marque un tournant dans l’histoire de la danse.

Pendant la période où Camille Claudel lutte pour vivre de son art et pour l’acceptation de la femme comme artiste officielle, période qui se termine par son internement, Rodin réalise, entre 1903 et 1912, en travaillant avec comme modèle certaines de danseuses les plus en vogue du moment, une série de statuettes en plâtre.

Galerie photos © Thomas Hahn

Une grammaire du mouvement

A travers la danse, Rodin étudie le corps tel un chirurgien et saisit certains sauts en plein vol comme s’il travaillait avec la chronophotographie. Mais contrairement aux chevaux, les danseuses peuvent se figer, prendre des poses et devenir des modèles pour le dessinateur et sculpteur, comme la Japonaise Hanako ou Alda Moreno, l’égérie des études de mouvement que Rodin réalise en terre cuite et qu’il nomme de A à I, établissant une grammaire personnelle du mouvement.

La danse ainsi modelée se situe loin du ballet classique. C’est une danse de caractère qui connaît des appuis au sol, des éléments folkloriques (les sauts !) et acrobatiques. L’architecture du jeu de jambes, l’une servant d’appui et l’autre prête à bondir et annonçant un mouvement imminent ou bien en fin de développé, racontant le mouvement parcouru. Ces études suivent de façon organique les dessins de Rodin réalisés à la fin du XIXe siècle qui glorifient le corps se lançant dans des mouvements qui défient la gravité. 

Les études en terre cuite sont le fond de la compréhension cinétique auquel Rodin donne une forme artistique achevée, dans des œuvres pleine e force et de grâce, comme Le Danseur (dit Nijinski), réalisé en 1912, où l’irrégularité de la chair représentée prend des allures véritablement impressionnistes. Et si l’étude de la danse change le regard de Rodin sur le mouvement et le corps, l’exposition évoque aussi les sources partagées situées dans l’art grec, qui inspira Rodin autant que Nijinski et Isadora Duncan.

Le mérite de Christine Lancestremère, commissaire de Rodin et la Danse, est justement de ne pas présenter un catalogue d’œuvres en lien avec la danse, mais d’avoir travaillé sur les liens et les inspirations, de l’antiquité à l’Asie, du regard de Rodin sur le corps à ses modèles. On y découvre un Rodin analytique, terre-à-terre, simple, parfois brut. Un Rodin à l’œuvre, dans une passion pour la danse qui fait suite à celle pour Camille.

Thomas Hahn

Exposition Musée Rodin, jusqu’au 22 juillet 2018

 

Catégories: 

Add new comment