Dutch National Ballet Academy

A l’heure précise où, à Montpellier, était honoré Hans Van Manen, chorégraphe résident depuis 2005 du Dutch National Ballet, les cent soixante élèves de la Dutch National Ballet Academy (Nationale Balletacademie) donnaient à Amsterdam un gala pour les trente ans de leur école. L’occasion d’observer de près cet exceptionnel vivier de jeunes pousses, au sein duquel la compagnie néerlandaise recrute régulièrement ses meilleurs danseurs et dont le tout nouveau récipiendaire de la légion d’Honneur est le président honoraire.

Placée depuis deux ans sous la direction de Jean-Yves Esquerre, que sa carrière a mené de la direction des Ballets de Monte-Carlo jusqu’au San Francisco Ballet, l’académie comprend plusieurs programmes. À commencer par les traditionnelles classes d’enfants de dix à seize ans qui y apprennent, dans toutes les règles de l’art à en juger par le résultat montré le 4 juillet, la ‘grammaire classique’.

Mais l’institution accueille aussi plusieurs autres programmes : la Pre-school dès 6 ans, la Dutch National Summer School ouverte sur audition durant l’été (cette année du 10 au 29 juillet) et surtout le Dutch National Trainee Program créé par Esquerre dans le même esprit que celui qu’il avait dirigé, dix ans auparavant, sur la côte Ouest des Etats-Unis. Soit une élite de vingt-quatre jeunes danseurs internationaux de seize à dix-neuf ans qui alternent, huit heures par jour, des cours de classique, de pas de deux, de répertoire et des œuvres des grands chorégraphes du XXe siècle, sans oublier du Pilates et des soins kiné dispensés par des médecins du sport.

Durant leurs dix mois d’ «entraînement», ils ont en outre l’occasion de participer aux productions du Dutch National Ballet ou de se produire lors de programmes spécifiques.

Supervisé par les deux pédagogues internationaux Olivier Wecxsteen et Christiane Marchant, cet intense mix ‘préprofessionnel’, - unique en Europe assure leur directeur -, fait de ces jeunes danseurs des spécimens très recherchés : « Après ça, ils sont prêts à entrer dans n’importe quelle grande compagnie. Durant leur cursus, j’organise pour eux des auditions privées, à l’issue desquels ils sont en général directement intégrés dans un ballet hollandais ou international ». Ce programme de Trainees - au coût de 6.500 euros par an - est financé, en attendant de futurs investisseurs, par une fondation privée crée par Jean-Yves Esquerre il y a un an.

Cette fondation, MovArtsProductions, assure également des séminaires d’apprentissages pour professeurs et des stages de danses de style Vaganova, Bournonville ou Forsythe pour danseurs pré-professionnels. Esquerre partage aussi avec Ted Brandsen, directeur du Dutch National Ballet, la responsabilité de la Junior Company menée par le talentueux Ernst Meisner.

A l’issue de la représentation des danseurs de ‘son’ Académie, Jean-Yves Esquerre affirmait lors d’un entretien : « Je ne veux pas d’élèves, je veux des artistes ». Assurément, le mot ‘élèves’ ne rendait pas suffisamment compte de la maturité des interprètes admirés durant trois heures sur scène.

Ouverte par un Grand défilé façon Ballet de l’Opéra, et close sur les très académiques « Scènes de Ballet » de Christopher Wheeldon, la soirée offrait une palette complète de leurs talents, avec des pièces d’Iva Lesic, Toer van Schayk, Ted Brandsen, Nils Christe, Hans Van Manen, John Neumeier et Rudi Van Dantzig. L’occasion de prouver que ces jeunes artistes étaient à l’aise dans tous les répertoires, du pur classique au contemporain en passant par toutes les nuances intermédiaires. Bien sûr, il y a sans doute parmi eux de futurs grands solistes mais, plus important encore, ils sont tous issus d’un enseignement d’excellence qui porte la marque de ce que Jean-Yves Esquerre, dans son allocution de bienvenue, appelait « la créativité et l’esprit hollandais ».

Isabelle Calabre

Catégories: 

Add new comment