« Deux si Bell » d’ Amala Dianor au festival Trajectoires

Le danseur et chorégraphe présente un magnifique duo et une pièce pour quatre danseurs.

Durant le festival Trajectoires, du 19 au 27 janvier, la danse a investit une foule de lieux différents dans tout le pays nantais. Ce fut justement l’occasion de découvrir au cœur de Nantes la splendide coupole Art Déco dont le bâtiment érigé en 1932 par l’architecte Henri Vié a reçu le label Patrimoine du XXème siècle avant d'être inscrit aux Monument historique en 2015.

Un cadre somptueux pour Amala Dianor dont la sensibilité et la virtuosité furent parfaitement bien mises en exergue dans sa performance Deux si Bell. Assis en cercle sur le sol composé de mosaïques signé Grazziana, le public a non seulement admiré cette immense voûte de pavés de verre cimentée, mais aussi le style très personnel du danseur et chorégraphe. Le sourire aux lèvres, le percussionniste Luanza, donne le tempo puis rejoint une table fournie de multiples objets. Amala entre en danse et la magie opère.

Félin, si gracieux, souriant lui aussi, regardant les spectateurs, il déploie des mouvements du corps, puis des bras et des mains qui semblent vouloir atteindre le firmament tant ils proviennent du plus profond de son être. Un simple geste du poignet engendre une multitude d’impulsions qui se développent à l’infini. Cette conversation musicale et gestuelle si amicale entre ces deux hommes est un petit bijou de générosité, de tendresse et de beauté qui prouve qu’en seulement trente minutes des artistes peuvent émouvoir et ensorceler un public qui conservera longtemps les images d’un moment unique.`

Puis c’est dans le hall entièrement vitré de l’école nationale supérieure d’architecture de Nantes qu’Amala a proposé Pas Seulement, écrite pour quatre danseurs de la région strasbourgeoise avec lesquels il a partagé plusieurs jours de travail en vue d’une création. Avec pour fil conducteur le temps du corps et le mouvement en partage, le chorégraphe s’est grandement éloigné des techniques du hip-hop afin de proposer à ses interprètes la découverte d’un espace fragilisé à l’écart des habitudes. Dans cet opus d’une vingtaine de minutes la générosité et la complicité sont toujours présentes et la danse s’installe comme une évidence entre différents univers qui se complètent à merveille. 

D’origine sénégalaise, Amala Dianor est arrivé en France à l’âge de sept ans. Il se dirige très jeune vers le hip-hop puis se forme au contemporain au CNDC d’Angers. Aujourd’hui, avec un parcours d’interprète remarquable, tant du côté du hip-hop que de la danse contemporaine – il a dansé notamment pour Aïcha M'Barek et Hafiz Dhaou et Emanuel Gat – il développe sa démarche à partir de sa propre compagnie fondée en 2012. Essentiellement basé sur les énergies et l’art de la rencontre, son travail porte sur un axe double aux concepts inversés : décoder, comme cela se pratique dans les écritures contemporaines, la danse hip-hop, son vocabulaire, ses usages, codes et représentations, et en revanche insuffler au langage contemporain, l’incroyable énergie des danses urbaines.

Artiste associé à Pole Sud, à Strasbourg, il vient de signer une nouvelle création, The Falling Stradust, une pièce de groupe sous influence classique, (lire notre critique) et (notre entretien).

Amala Dianor prouve avec ses deux opus présentés au festival Trajectoires que ses recherches et expériences sur le métissage des différents styles de danse produisent des ouvrages très personnels qui séduisent un vaste public.

Sophie Lesort

Spectacles vus les 21 et 22 janvier 2019 à Nantes

En tournée : Pas seulement et Trait d’Union, les 29 et 30 avril à Pole Sud (Strasbourg)

Et sa dernière création : The Falling Stardust, les 5 et 6 février à La Roche-sur-Yon.

Deux si Bell : chorégraphie Amala Dianor. Interprétation, Amala Dianor et Luanza

Pas Seulement : Chorégraphie : Amala Dianor
Avec : Marino Vanna, Alexandre Mellado, Lory Laurac, Joël Osafo Brown
Musique : Eric Aldéa et Ivan Chiossone

Catégories: 

Add new comment