« Compact » de Jann Gallois

Le très beau duo de Jann Gallois, créé il y a deux ans à Suresnes, sera programmé à L'Onde le 23 mai. Le même soir, on pourra également voir De(s)génération d'Amala Dianor (lire notre critique).

Après deux solos très remarqués, Jann Gallois passe au duo. Dans Compact, étreinte chorégraphique s’il en est, sa recherche sur le corps et son regard sur l’humain se croisent d’une manière toujours aussi pertinente et surprenante.


Chez la jeune chorégraphe, le passage du solo au duo s’est fait de façon organique et logique. Son dernier solo, Diagnostic F20.9, avait pour sujet la schizophrénie, alors que Compact traite de la fusion de deux êtres opposés. Les corps de Gallois et de Rafael Smadja s’imbriquent jusqu’à former un ensemble indissociable, une créature mythologique aux allures siamoises, si ce n’est un être hermaphrodite.

Vidéo réalisée par Eric Legay pour Danser Canal Historique

Au fil des transformations, l’architecture des assemblages évolue et reflète la complexité d’une telle union. Sous des éclairages aussi sobres que raffinées, les structures angulaires des bras et des jambes peuvent évoquer des paysages naturels ou urbains. Que cet être composé soit siamois, hermaphrodite ou asexué, ses basculements, roulades et imbrications sculpturales réunissent et consolent d’autres contraires comme la violence et le romantisme, la douceur et le burlesque, l’angularité et l’amorphe.


C’est seulement à la fin qu’ils se détachent, se séparent et se retombent dans les bras, dans une union enfin choisie et désirée. C’est là aussi qu’ils se libèrent de l’emprise du sol, jusque-là un partenaire intime et presque possessif. L’ouverture finale indique sans doute le chemin de Gallois en tant que chorégraphe, vers de nouvelles possibilités.
 

Les défis pourraient alors changer de nature. Jusqu’ici, Gallois a impressionné par sa capacité à transformer une contrainte corporelle en invention chorégraphique et par la précision de ces études, étant donné que la chorégraphe ne peut jamais porter elle-même un regard extérieur sur son travail, sauf en utilisant la vidéo. La fin de Compact annonce donc une libération, et il faut espérer que la chorégraphe saura y trouver de nouveaux repères, tout aussi marquants.

Thomas Hahn

Vu à Suresnes Cités Danse en janvier 2016

Le 23 mai 2017 à  L'Onde - Vélisy Villacoublay

Le 30 mai 2017 à L'Espace 1789 - Saint-Ouen

Compact
Chorégraphie et mise en scène : Jann Gallois
Avec : Rafael Smadja et Jann Gallois
Lumières : Cyril Mulon
 

Catégories: 

Add new comment