Carolyn Carlson membre de l’Académie des beaux-arts

Depuis le 2 décembre 2020, Carolyn Carlson a rejoint au fauteuil IV la section de Chorégraphie de l’Académie des beaux-arts. 

Depuis l’élection l’an dernier des trois premiers membres français de la section de chorégraphie inaugurée en 2018 par  Jiří Kylián, en tant que membre associé étranger, il se murmurait que le quatrième fauteuil, prévu par les statuts, devait revenir à une femme : en l’occurrence la danseuse et chorégraphe d’origine américaine Carolyn Carlson, dès que celle-ci aurait obtenu la nationalité française. C’est désormais chose faite. L’artiste a donc rejoint en décembre Thierry Malandain, Blanca Li et Angelin Preljocaj au sein de l’Académie des beaux-arts. 

Même si, en raison de la pandémie due au Covid 19 et aux contraintes sanitaires, l’activité de la section durant l’année 2020 a été nécessairement réduite, on ne doute pas que cette alliée de poids contribuera à porter haut et loin les couleurs de la danse. Celle qui  se définit comme une nomade - née à Oakland (Californie) en 1943 - n’a en effet jamais cessé de voyager, de la baie de San Francisco à l’Université d’Utah, de la compagnie d’Alwin Nikolais à New York à celle d’Anne Béranger en France, de l’Opéra de Paris au Teatrodanza La Fenice à Venise, du Théâtre de la Ville à Helsinki, du Ballet de l’Opéra de Bordeaux à La Cartoucherie de Paris, de la Biennale de Venise à Roubaix, portée par le désir de développer et partager sa « poésie visuelle ».

Formée par Alwin Nikolais, fondatrice du fameux Groupe de Recherches Théâtrales de l’Opéra de Paris à la fin des années soixante-dix, auteure de pièces majeures telles que Density 21,5, qui la révéla, ou encore Blue Lady et Signes magnifiées par la musique de René Aubry, elle occupe une place unique au sein de la galaxie contemporaine. Son rayonnement s’est aussi exercé au sein de l’Atelier de Paris-Carolyn Carlson, à la Cartoucherie de Vincennes, où elle a lancé en 1999 le festival June Events, puis de 2004 à 2013 à la tête du centre chorégraphique national de Roubaix. Le Roi penché pour le jeune public en 2009, We were Horses avec Bartabas en 2011, ou encore Dialogue with Rothko en 2013 témoignent de sa créativité toujours renouvelée. En 2014, elle a encore créé Pneuma pour le ballet du théâtre de Bordeaux en 2014, et deux ans plus tard au théâtre de Chaillot, dont elle a été artiste en résidence de 2014 à 2016, la pièce Seeds (retour à la terre) sur le thème de l’écologie. En 2016 on l’a vue, blanche et bouleversante silhouette, interpréter Giotto Solo au Panthéon à Paris, dans le cadre de la manifestation Monuments en mouvement. Sa prochaine création, The Tree, devrait être en mai prochain à l’affiche du théâtre de Chaillot.

Première chorégraphe à recevoir en 2006 un Lion d’or de la Biennale de Venise, Carolyn Carlson est aussi commandeur des arts et lettres et titulaire de la légion d’honneur. 

Isabelle Calabre

Catégories: 

Add new comment