« Bêtes de scène » de Jean-Christophe Bleton

Oserions-nous dire en ces temps si difficiles et si compliqués pour le spectacle vivant, que voir une pièce en fin de répétition alors qu’elle était prévue en création pour la Biennale, est un réel bonheur ? 

Oui, il s’agit de bonheur pour les quelques professionnels invités à découvrir Bêtes de scène de Jean-Christophe Bleton, mais aussi d’émotion et de tristesse, car tant de mois de travail en ignorant quand cet ouvrage sera joué face à une salle pleine, s’avère irréel. 

Alors qu’il a signé en 2017 avec six compagnons danseurs et chorégraphes la première partie de ce diptyque, Jean-Christophe Bleton donne aujourd’hui la parole à des femmes artistes qu’il admire. 

Avec en fond de scène un grand tableau noir, Odile Azagury, Annick Charlot, Huyen Manotte, Rachel Mateis, Carlotta Sagna, Sylvie Seidmann et Andréa Sitter questionnent avec humour, réalisme, ironie et poésie, le rapport à l’âge et la pression sociale qui l’accompagne. 

Toutes d’exceptionnelles danseuses et chorégraphes dont le parcours n’est plus à démontrer, osent dévoiler les fragilités du corps vieillissant. Des mots s’inscrivent sur le tableau : résister, refaire, jouer, vibrer, perdre la ligne, accepter, tester, refaire…. « Au début, on était fraiches, rebondissantes, candides et puis quelques années plus tard un chorégraphe nous appelle. Oh joie ! Mais c’est pour nous demander d’être le regard extérieur de leur future création ! ». Éclats de rires dans la salle. 

Galerie photo © Laurent Paillier

Oui, avec le temps, le corps ne répond plus aussi bien, mais ces sept femmes dont l’âge total s’inscrit blanc sur noir : 427 ans…. possèdent une telle personnalité et tant de talent que les quelques faiblesses ne sont pas une soustraction de performance. Bien au contraire, elles sont tellement à l’aise, tellement drôles, si belles et attachantes que ces Bêtes de scène sont une ode à la danse, à la vivacité et surtout, à l’amour de leur passion. 

Sous les lumières de Françoise Michel, elles dansent à merveille, se taquinent, se racontent par la parole et aussi dans des mouvements délicieux. Leur complicité est un ravissement.

Ces sept extraordinaires artistes clôturent la pièce entièrement nues.  Du culot ? Non tant  elles sont resplendissantes et séduisantes. 

Bêtes de scène est une explosion de joie communicative, une significative leçon de  vie !

Sophie Lesort

Spectacle vu le 13 mars 2021 au Théâtre Gérard-Philipe de Champigny-sur-Marne 

Bêtes de scène :

Conception chorégraphique : Jean-Christophe Bleton

En collaboration avec les interprètes et assisté de Marina Chojnowska

Catégories: 

Add new comment