Mardi 11 septembre, une foule très parisienne se pressait pour franchir les portes de la nouvelle Scala Paris.

Nathalie Pernette et Pierre-Emmanuel Sorignet ouvrent la troisième édition du festival Bien Fait à Micadanses.

Très attendue, la dernière création 2018 de Mourad Merzouki ouvrait, en outre, la programmation annuelle de la Maison de la Danse de Lyon.

On connaît et on admire le travail d’Israël Galvan. On connaît aussi, depuis plus longtemps encore, le charme à nul autre pareil du Cirque Romanès

Le Théâtre national de la danse nous a offert deux magnifiques pièces de Kabuki. Un retour en force de l’art scénique japonais.

A Biarritz, la création de Pantxika Telleria et un pas de deux sans fard ont amené la tradition au plus près de la nature humaine.

La création mondiale en forme de résistance au néolibéralisme ouvre la 18e Biennale de la Danse de Lyon.

Anne-Flore de Rochambeau s’est produite sous un soleil d’été dans la belle cour pavée de l’Hôtel de Sully.

Pages

Mardi 11 septembre, une foule très parisienne se pressait pour franchir les portes de la nouvelle Scala Paris.

Nathalie Pernette et Pierre-Emmanuel Sorignet ouvrent la troisième édition du festival Bien Fait à Micadanses.

Très attendue, la dernière création 2018 de Mourad Merzouki ouvrait, en outre, la programmation annuelle de la Maison de la Danse de Lyon.

On connaît et on admire le travail d’Israël Galvan. On connaît aussi, depuis plus longtemps encore, le charme à nul autre pareil du Cirque Romanès

Le Théâtre national de la danse nous a offert deux magnifiques pièces de Kabuki. Un retour en force de l’art scénique japonais.

A Biarritz, la création de Pantxika Telleria et un pas de deux sans fard ont amené la tradition au plus près de la nature humaine.

La création mondiale en forme de résistance au néolibéralisme ouvre la 18e Biennale de la Danse de Lyon.

Anne-Flore de Rochambeau s’est produite sous un soleil d’été dans la belle cour pavée de l’Hôtel de Sully.

Pages