Les ados à l’honneur au Lieu Unique. Huit filles et garçons âgés de 12 à 15 ans, s’approprient le plateau avec une facilité déconcertante.

Avec cette pièce Amala Dianor change d’échelle et intègre la danse classique dans son melting pot chorégraphique.

Trois classiques de l’avant-garde américaine, interprétés par un ballet très en forme.

Poses et constellations d’un trio balayant le temps et les trous noirs, la collerette au cou et un creux sonore au milieu du corps.

La Théâtre de la Bastille et le festival Faits d’Hiver présentent un solo magistral signé Jan Fabre : The Generosity of Dorcas.

Le chorégraphe s’empare d’un chef-d’œuvre classique avec la troupe du Ballet du Rhin.

On trouve du free jazz dans l'exceptionnelle liberté avec laquelle la danseuse flamenca mène avec ses musiciens une déconstruction savante, et réjouissante, de son art.

La nouvelle création de Difé Kako tisse un madras antillais des plus vifs entre quadrille, contredanse et danses urbaines.

Pages

Les ados à l’honneur au Lieu Unique. Huit filles et garçons âgés de 12 à 15 ans, s’approprient le plateau avec une facilité déconcertante.

Avec cette pièce Amala Dianor change d’échelle et intègre la danse classique dans son melting pot chorégraphique.

Trois classiques de l’avant-garde américaine, interprétés par un ballet très en forme.

Poses et constellations d’un trio balayant le temps et les trous noirs, la collerette au cou et un creux sonore au milieu du corps.

La Théâtre de la Bastille et le festival Faits d’Hiver présentent un solo magistral signé Jan Fabre : The Generosity of Dorcas.

Le chorégraphe s’empare d’un chef-d’œuvre classique avec la troupe du Ballet du Rhin.

On trouve du free jazz dans l'exceptionnelle liberté avec laquelle la danseuse flamenca mène avec ses musiciens une déconstruction savante, et réjouissante, de son art.

La nouvelle création de Difé Kako tisse un madras antillais des plus vifs entre quadrille, contredanse et danses urbaines.

Pages