Cette cérémonie dansée et chantée n’est pas tout à fait un Sacre païen (de plus)

Yves-Noël Genod a ouvert le festival Les Inaccoutumés à La Ménagerie de Verre, dirigée depuis 30 ans par Marie-Thérèse Allier, avec Un petit peu de Zelda.

Avec ses personnages robotiques et pourtant chargés de fureur et de violence,

Lia Rodrigues, eau-delà des apparences

Sur le papier, les ingrédients semblaient appétissants, mais périlleux : un solo, exercice sur le fil par excellence, envoûtement lorsqu’il est réussi, long tunnel d’ennui en cas d’échec

En ces temps de morosité frileuse, il faut rendre grâce aux deux magiciens de Système Castafiore d’oser enchanter notre quotidien.

La chorégraphe américaine montre, entre cour et jardins, comment une danse recrée par elle-même son contexte

La vieille dame n’est sans doute qu’un prétexte, voire un faux prétexte

Pages

Cette cérémonie dansée et chantée n’est pas tout à fait un Sacre païen (de plus)

Yves-Noël Genod a ouvert le festival Les Inaccoutumés à La Ménagerie de Verre, dirigée depuis 30 ans par Marie-Thérèse Allier, avec Un petit peu de Zelda.

Avec ses personnages robotiques et pourtant chargés de fureur et de violence,

Lia Rodrigues, eau-delà des apparences

Sur le papier, les ingrédients semblaient appétissants, mais périlleux : un solo, exercice sur le fil par excellence, envoûtement lorsqu’il est réussi, long tunnel d’ennui en cas d’échec

En ces temps de morosité frileuse, il faut rendre grâce aux deux magiciens de Système Castafiore d’oser enchanter notre quotidien.

La chorégraphe américaine montre, entre cour et jardins, comment une danse recrée par elle-même son contexte

La vieille dame n’est sans doute qu’un prétexte, voire un faux prétexte

Pages