Mickaël Le Mer et S’POART en plein « Crossover ». La nouvelle pièce de l’ancien roi des battles illustre l’évolution en danse hip hop.

Soirée avec Agon de Balanchine, une création de Teshigawara, et le Sacre de Pina Bausch qui emporte le tout… Et Esa-Pekka Salonen !

Un spectacle d’une beauté époustouflante, inspiré par Tocqueville, avec une distribution exclusivement féminine.

La Québécoise aborde une fois de plus les zones intimes et douloureuses de la féminité, par un solo hors norme.

Ouverture de saison pour le Ballet de l’Opéra du Rhin avec un programme consacré aux « Grands chorégraphes européens ».

Toujours magistral, Boris Charmatz mène l'impressionnant chaos savant de ses 10000 gestes au bord d'une démonstration de force.

De M’Barek/Dhaou à Bouvier-Obadia, Josette Baïz éclaire l’amour-haine entre divers univers chorégraphiques.

Dans son dernier spectacle, Bartabas revient à l’essentiel et met en scène, en majesté, « les acteurs véritables de (son) théâtre équestre ».

Pages

Mickaël Le Mer et S’POART en plein « Crossover ». La nouvelle pièce de l’ancien roi des battles illustre l’évolution en danse hip hop.

Soirée avec Agon de Balanchine, une création de Teshigawara, et le Sacre de Pina Bausch qui emporte le tout… Et Esa-Pekka Salonen !

Un spectacle d’une beauté époustouflante, inspiré par Tocqueville, avec une distribution exclusivement féminine.

La Québécoise aborde une fois de plus les zones intimes et douloureuses de la féminité, par un solo hors norme.

Ouverture de saison pour le Ballet de l’Opéra du Rhin avec un programme consacré aux « Grands chorégraphes européens ».

Toujours magistral, Boris Charmatz mène l'impressionnant chaos savant de ses 10000 gestes au bord d'une démonstration de force.

De M’Barek/Dhaou à Bouvier-Obadia, Josette Baïz éclaire l’amour-haine entre divers univers chorégraphiques.

Dans son dernier spectacle, Bartabas revient à l’essentiel et met en scène, en majesté, « les acteurs véritables de (son) théâtre équestre ».

Pages