Les carnets d'Anne Teresa

Dans ce deuxième volume de ses Carnets, la chorégraphe belge Anne Teresa De Keersmaeker poursuit ses entretiens avec Bojana Cvejić, théoricienne des arts de la scène et musicologue. Les deux femmes ouvrent grand les fenêtres et passent en revue dans le détail les principes, les techniques, les concepts qui ont présidé à l’élaboration du récent diptyque de la chorégraphe (En Atendant et Cesena, le second volet étant cosigné par Björn Schmelzer et scénographié par Ann Veronica Janssens). Ces deux spectacles ont en commun l’exploration du répertoire de l’Ars subtilior, fine pointe du raffinement musical à la fin du XIVe siècle. Le format singulier du « carnet », où se mêlent librement le récit, l’analyse et la documentation, permet de prolonger le travail accompli dans le précédent ouvrage, consacré à l’analyse des œuvres de jeunesse d’Anna Teresa De Keersmaeker (Carnets d’une chorégraphe. Fase, Rosas danst Rosas, Elena’s Aria et Bartók, Rosas et Fonds Mercator, 2012). Les œuvres et le discours de l’artiste se sont enrichis dans l’intervalle de toutes les subtilités d’un style et d’une poétique parvenus à maturité. On mesurera le chemin parcouru en trente années de création artistique, et la diversité des registres de réflexion convoqués.

Par rapport au premier opus, ce nouveau volume est très précis quant au processus de création. Non seulement d’un point de vue compositionnel mais aussi personnel. On peut y lire toutes les étapes d’En atendant et de Cesena, le pourquoi des choix chorégraphiques, la façon dont ont été manipulés les éléments de départ. On y trouve des  éclairages historiques sur tel passage chanté, on y décrypte  les intrications de la raison et de la sensation. « Les images sur lesquelles elle s’interroge ici peuvent constituer une sorte de raisonnement rétroactif qui s’attache à  expliquer pourquoi une idée chorégraphique a pu sembler si facile, convaincante ou naturelle au premier abord. Cette analyse différée, produite dans l’après-coup, permet également de revenir ici sur une sensation que le public a pu ressentir et que la chorégraphe s’attache à percevoir, interroger. » nous explique Bojana Cvejić  dans l’introduction.

Certains éléments de l’Ars Subtilior, ce style où les usages et les innovations de l’Ars Nova musical est poussé à son point le plus incandescent, est ici questionné, explicité.

 

 

La publication comprend un livre d’entretiens éclairé de nombreux dessins, de schémas, de photographies, de documents de première main retraçant l’élaboration chorégraphique et dramaturgique des œuvres, ainsi que trois DVD foisonnant d’exemples interprétés par les danseurs de Rosas et les chanteurs de l’ensemble Graindelavoix. Trois longs entretiens en vidéo sont accompagnés d’extraits de spectacles, filmés dans la cité des Papes par les cinéastes Olivia Rochette et Gerard-Jan Claes. Cette polyphonie de points de vue est complétée par le regard de l’artiste Michel François qui signe un cahier photographique, témoignage de sa collaboration de scénographe sur En Atendant.

 

C’est vraiment un livre à se procurer d’urgence pour tous ceux qui aiment le travail d’Anne Teresa de Keersmaeker, ceux qui aiment la musique médiévale et ceux qui veulent en savoir plus sur la fabrique d’une chorégraphie.

Agnès Izrine

En Atendant & Cesena : Carnets d'une chorégraphe (3DVD) 56,95€

Catégories: 

Add new comment