Un mois de programmation très fureteuse, mettant en exergue des figures fort diverses de l'interprète en danse.

Appel à candidatures pour le 1er Dansathon

« Pendant de nombreuses années j’ai écrit avec des mots. Le corps derrière les mots restait invisible. Maintenant,

Dans ce deuxième volume de ses Carnets, la chorégraphe belge Anne Teresa De Keersmaeker poursuit ses entretiens avec Bojana Cvejić, théoricienne

Pages

La dernière création de Thomas Lebrun, Lied Ballet, est reprise au Théâtre national de Chaillot. À voir absolument.

Alessandro Sciarroni faisait partie du programme Migrant Bodies de la Biennale

Une chorégraphie en mode masculin, interprétée par des femmes, ça donne quoi ?

Une pièce sur l’étrangeté du dédoublement où l’humour et la dérision se dessinent avec malice

Pages

La dernière création de Thomas Lebrun, Lied Ballet, est reprise au Théâtre national de Chaillot. À voir absolument.

Alessandro Sciarroni faisait partie du programme Migrant Bodies de la Biennale

Une chorégraphie en mode masculin, interprétée par des femmes, ça donne quoi ?

Une pièce sur l’étrangeté du dédoublement où l’humour et la dérision se dessinent avec malice

Pages

La dernière création de Thomas Lebrun, Lied Ballet, est reprise au Théâtre national de Chaillot. À voir absolument.

Alessandro Sciarroni faisait partie du programme Migrant Bodies de la Biennale

Une chorégraphie en mode masculin, interprétée par des femmes, ça donne quoi ?

Une pièce sur l’étrangeté du dédoublement où l’humour et la dérision se dessinent avec malice

Pages

La dernière création de Thomas Lebrun, Lied Ballet, est reprise au Théâtre national de Chaillot. À voir absolument.

Alessandro Sciarroni faisait partie du programme Migrant Bodies de la Biennale

Une chorégraphie en mode masculin, interprétée par des femmes, ça donne quoi ?

Une pièce sur l’étrangeté du dédoublement où l’humour et la dérision se dessinent avec malice

Pages

« Pendant de nombreuses années j’ai écrit avec des mots. Le corps derrière les mots restait invisible. Maintenant,

Dans ce deuxième volume de ses Carnets, la chorégraphe belge Anne Teresa De Keersmaeker poursuit ses entretiens avec Bojana Cvejić, théoricienne

Pages